(Màj) Polémique : Internet Explorer est bien le navigateur le plus utilisé

Pages vues, visiteurs uniques et pondération géographique 79
Mise à jour : Alors que Net Applications a fait valoir ses différences, StatCounter a fait de même. L’analyste indique par exemple dans une nouvelle extension de sa FAQ qu’il analyse trois millions de sites web, contrairement aux 40 000 de Net Applications. En outre, ce dernier se limiterait aux seuls navigateurs gérant le JavaScript, ce qui n’est pas le cas de StatCounter.

Quant aux pages vues contre les visiteurs uniques, l’entreprise ne jure que par les premières : si un internaute se sert de deux navigateurs, affiche une page avec le premier et 500 avec le second, il n’est pas « juste » qu’une seule visite ne soit comptée pour chacun.



Nous avons publié hier une actualité suite à l’annonce par StatCounter de chiffres impressionnants. Le part de marché de Chrome s’y établissait à 32,76 % tandis que celle d’Internet Explorer n’était que de 31,94 %. Des chiffres contestés, puisqu'un autre analyste du secteur, Net Applications, ne trouvait pas du tout les mêmes valeurs.


net applications

Selon Net Applications, Internet Explorer détient toujours 54 % de parts de marché à l’échelle mondiale, et Firefox est même toujours en deuxième position avec 20 %. Chrome ? Seulement avec 19 % de parts. Mais pourquoi une telle différence ? Parce que la manière dont sont comptabilisées les visites diffère entre les analystes : non seulement les données en source ne sont pas les mêmes, mais leur pondération n’est également pas la même.

Une question de méthodologie

Le premier point important avait déjà été soulevé hier : le préchargement des pages. Technique utilisée par Chrome, elle permet lors d’une recherche, notamment, de charger à l’avance les pages des résultats pour en accélérer l’affichage si l’utilisateur clique sur un lien. La technique sert également pour les liens classiques au sein d’une page web. Problème : ce préchargement génère des pages vues qui ne le sont pas en pratique par l'utilisateur. StatCounter a cependant annoncé le 1er mai que les pages préchargées n’étaient plus comptabilisées.

Deuxième point : la pondération géographique. StatCounter utilise un réseau de sites servant à collecter les données. Mais ces sites sont naturellement affectés par les habitudes des internautes dans les pays. Net Applications pondère les résultats avec les parts de navigation globale des pays en fonction des chiffres fournis par la CIA. L’analyste explique ainsi que si le Brésil représente 2 % des visites récoltées et que les données de la CIA montrent que le pays compte pour 4 % du trafic mondial, alors chaque visite compte double. Le phénomène inverse peut évidemment se produire. Net Applications explique que cette pondération supprime le favoritisme régional.

Enfin, dernier point : les données brutes collectées. StatCounter compte en pages vues, tandis que Net Applications compte en visiteurs uniques. Une méthode jugée plus précise par ce dernier car elle permet de faire fi de toute influence artificielle, notamment les bots. Elle permettait également de ne pas prendre en compte les pages préchargées, mais ce problème n’existe plus chez StatCounter.

Des explications données par Microsoft en partie le 18 mars dernier et reprises hier par le blog HTeuMeuleu.

Des scores différents, des tendances qui se poursuivent

Au final, les résultats sont donc très différents. Et les voix qui se sont faites entendre ont décidé StatCounter à ajuster ses résultats :

statcounter ie chrome

Conclusion : Internet Explorer repasse en tête, mais les scores n’ont toujours rien à avoir avec ceux de Net Applications. Ainsi, le navigateur de Microsoft est en tête avec 34,07 % de parts de marché contre 31,27 % pour Chrome. Firefox reste troisième avec 24,87 %. Dans tous les cas, plusieurs tendances se confirment :
  • Le déclin d’Internet Explorer se poursuit
  • La croissance de Chrome ne s’infléchit pas
  • Le déclin de Firefox se stabilise
D’après les scores de StatCounter, et si les tendances actuelles se poursuivent, Chrome passera en tête du peloton durant l’été.
Publiée le 22/05/2012 à 09:51
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité