Le nouveau noyau Linux 3.4 apporte de nombreuses améliorations

Un grand pas pour Btrfs 57
Comme annoncé précédemment par Linus Torvalds, le noyau Linux évolue désormais à un rythme plus rapide. Des mises à jour plus régulières permettent à l’ensemble des distributions d’adopter des correctifs et d’obtenir un meilleur support général du matériel. Ainsi, la version 3.4 du noyau sort à peine deux mois après la 3.3, ce qui ne l’empêche pas d’apporter des améliorations importantes.

ubuntu

Premièrement, plusieurs patchs de fiabilisation importants ont été intégrés pour le système de fichiers Btrfs. Bien que ce dernier soit toujours considéré comme expérimental, son utilisation bénéficie de plusieurs améliorations, dont une gestion des erreurs bien meilleure. Les performances sont également à la hausse, en particulier via un traitement plus rapide des métadonnées et une réduction de l’utilisation du CPU.

La gestion d’Ext4 s’améliore elle-aussi, mais pas dans les mêmes proportions que Btrfs. Le code bénéficie surtout de plusieurs nettoyages dans des fonctions redondantes.

Puisque l’on parle de performances, sachez que de nombreux pilotes ont été mis à jour. C’est le cas par exemple pour les puces Sandy Bridge qui gagnent environ 10 % dans les tests. Le mode d’économie d’énergie RC6 est également de la partie, ainsi qu’un pilote DRM (Direct Rendering Manager). Diverses autres améliorations sont présentes, telles que la gestion du HDMI 1.4 pour les puces Exynos de Samsung et la prise en charge des Radeon HD 7700, 7800 et 7900. En outre, une nouvelle solution a été mise en place pour les pilotes qui nécessitent un chargement retardé. Enfin, le pilote Nouveau pour les cartes NVIDIA passe en version 1.0, offre une meilleure stabilité et prend en charge les GeForce GTX 680, sans pour autant en exploiter la quintessence.

Du côté des architectures, x32 est pleinement supporté. Cette dernière se positionne à mi-chemin entre le x86 classique (32 bits) et le x86_64. En clair, les pointeurs mémoire sont toujours en 32 bits, ce qui permet d’économiser de la charge sur les mémoires caches du processeur, mais les 16 registres du x86_64 sont supportés. Il s’agit en quelque sorte d’un mode rapide pour le x86_64 qui aurait toute sa place dans les architectures embarquées.

Pour ARM, les améliorations se situent essentiellement sur la préparation du futur. Le noyau 3.4 propose en effet une gestion unifiée des horloges matérielles baptisée « Common CLK ». Comme le précise Linuxfr.org, cela permet à moyen terme d’envisager des images noyau compilées pouvant fonctionner sur toutes les plateformes ARM. Des apports plus immédiats sont tout de même de la partie, notamment la gestion du DMA et la compatibilité du compilateur JIT (Just In Time). Enfin, côté support matériel, les puces Tegra 3 de NVIDIA et Exynos 5 de Samsung sont prises en charge.

Le noyau 3.4 a été publié durant le week-end et il faudra attendre qu’il soit diffusé dans les dépôts idoines pour que les distributions Linux en profitent.
Publiée le 21/05/2012 à 13:00 - Source : LinuxFR
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité