S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

David Kessler près de François Hollande, l'assurance vie de l'Hadopi

L'Olivier de François

David Kessler sera à François Hollande ce qu’Olivier Henrard fut à Nicolas Sarkozy. L’intéressé vient d'être nommé conseiller aux médias et à la Culture du nouveau président de la République.

photo elysee plan besson ministre
Palais de l'Elysée (MR)

Comme le signale le Point, l’intéressé abandonne du coup Les Inrockuptibles, mais aussi le site Huffington Post France dont il assurait la direction. Ce conseiller d’État a un riche passé : il fut directeur général du CSA entre 96 et 97, conseiller culturel auprès de Lionel Jospin jusqu’en 2001, puis directeur général du CNC jusqu’en 2004. Il prit également la tête de France Culture, de Radio France et occupa le poste de conseiller Stratégie pour France Télévisions.

Après la nomination de Sylvie Hubac, alors présidente du CSPLA (voir notre panorama), le choix de Kessler s’avère là encore stratégique et précieux. Lors des 20e Rencontres de Dijon, David Kessler, alors conseiller à la Culture à la mairie de Paris, avait fait savoir aux professionnels du cinéma qu’il y avait d’autres urgences avant la réouverture du chantier Hadopi. Dans tous les cas, il était nécessaire de réaliser un bilan de la loi avant toute remise en cause.

Plus récemment, dans un entretien au Journal des Arts, il ajoutait aussi que "comme l’avaient bien vu Jack Lang et François Mitterrand, la culture a un rôle social et sociétal majeur. Je trouve que la pensée socialiste est un peu faible sur le sujet. Il ne suffit pas de dire qu’on est « contre », contre Hadopi par exemple, encore faut-il faire des propositions". L'intéressé soulevait alors cette problématique jugée majeure : "la question du droit d’auteur reste une question fondamentale : comment nourrit-on les artistes ? La démocratisation culturelle est un autre vrai sujet".

Bref, voilà qui tombe au mieux : François Hollande a renvoyé ce possible réaménagement à un futur Acte II de l’exception culturelle. Un chantier qui va prendre au bas mot plusieurs mois dans l’agenda.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 16/05/2012 à 18:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;