S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

[GTC] GeForce GRID : une carte pensée pour les jeux dans le cloud

Die, console, diiiiiiiiiiiiiiiie !

Hier, nous avons évoqué la plateforme VGX, un projet à long terme de NVIDIA qui rêve de virtualiser nos PC au sein de serveurs qui seraient remplis de ses GPU, permettant à chacun d'utiliser une machine puissante, avec un simple « thin client ». Une vision qui se développe déjà dans le monde des jeux vidéos, et dont le constructeur rêve de tirer parti avec sa GeForce GRID.

GeForce GRID 
Tesla K10 ou GeForce GRID

Le caméléon semble en effet avoir décidé d'adapter ses cartes à chaque usage proposé, et après les Tesla K10 / K20, les GeForce VGX et toutes les autres déclinaisons que l'on connait déjà, c'est un modèle dédié à son projet GeForce GRID qui a été annoncé.

GeForce GRID : une TESLA K10 qui ne dit pas son nom

Celle-ci affiche pas moins de 3072 CUDA Cores au compteurs, pour une puissance de calcul annoncée de 4.7 TFLOPS. Le tout est accompagné de 8 Go de mémoire (@ 320 Go/s), pour un TDP total de 250 watts et un système de refroidissement passif.

Tesla K10 K20 Specs

Bien qu'aucun détail ne soit officiellement donné, on devine qu'il s'agit ici d'une simple Tesla K10, dotée de deux GK104 (Kepler) qui aurait changé de nom. Chez NVIDIA, le renommage, ça marche aussi sur les serveurs.

Quoi qu'il en soit, avec GeForce GRID, le caméléon semble bien décidé à faire mourir les consoles de jeux et autres PC de joueurs. Jen Hsun Huang s'est d'ailleurs amusé, lors d'une démonstration effectuée sur le titre Free-to-play HAWKEN (disponible en Bêta fermée) sur une TV LG avec une manette de jeu sans fil : saisissant le câble réseau connecté à cette dernière, il a indiqué que ceci était sa console de jeu de nouvelle génération. Microsoft, Nintendo et Sony apprécieront.

GeForce GRID
Crédits : NVIDIA

NVIDIA ne veut plus voir ses GPU dans les consoles, mais dans les serveurs

Le tout semble assez réfléchi puisque lors de cette présentation, il a même été indiqué que les fabricants de TV avaient tout à gagner à de telles solutions. En effet, les responsables de la démo ont indiqué que ceux-ci ne gagnaient actuellement rien sur les jeux auxquels ont jouait sur leur TV. Mais avec ces technologies de « Cloud Gaming », ils pourraient désormais proposer directement un portail de jeu au sein de leurs menus, et devenir un intermédiaire de poids.

Une inclinaison qu'ont d'ailleurs bien compris certains FAI comme SFR qui propose depuis peu une telle offre, ou Bouygues Telecom qui devrait rapidement s'y mettre.

Mais selon NVIDIA, les solutions actuelles sont encore trop imparfaites. La phase de capture et d'encodage / décodage du flux est trop importante, tout comme la latence du réseau. Deux points qui peuvent fortement gêner les joueurs, notamment sur des FPS par exemple, où la moindre milliseconde compte. Selon la marque, sa solution permet de réduire ces phases de plus de 100 ms à moins de 50 ms. Une division par deux qui devrait être la bienvenue dans la pratique. 

GeForce GRID

Pour cela, le caméléon utilise les capacités d'encodage H.264 matériel de son GPU, mais aussi au niveau des latences tant au niveau du serveur que des TV afin de réduire au maximum la gêne pour l'utilisateur. 

GeForce GRID promet une latence réduite mais aussi une meilleure densité côté serveur

Du côté des sociétés proposant de tels services, NVIDIA indique d'ailleurs pouvoir améliorer la densité en proposant 4 GPU par serveurs et 84 GPU par rack, pour une consommation réduite, annonçant que cela leur permettra de proposer des offres aux alentours de 10 $ par mois. NVIDIA semble d'ailleurs déjà travailler avec Gaikai, le service utilisé lors de la démonstration effectué sur un serveur GeForce GRID

GeForce GRID

Reste à voir si cela sera réellement le cas, et à suivre les évolutions du « Cloud gaming » qui pourrait bien ne pas être du goût de tous les intervenants dans la chaîne actuelle du jeu vidéo. Connaîtra-t-on alors les mêmes blocages que pour la dématérialisation des oeuvres et des solutions identiques à notre fameuse chronologie des médias ? L'avenir nous le dira.
Publiée le 16/05/2012 à 11:41

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;