Élections : le Parti Pirate Allemand perce en Rhénanie du Nord-Westphalie

2013 sera pirate ou ne sera pas en Allemagne 42
Et de quatre. Le Parti Pirate Allemand (PiratenPartei) vient d’intégrer le parlement de la Rhénanie du Nord-Westphalie (RNW) avec 7,8 % des voix, après Berlin (8,9%) l’an passé, et la Sarre (7,4%) et le Schleswig-Holstein (8,2%) ces dernières semaines. La performance en RNW est importante dès lors qu’il s’agit du Land le plus peuplé et le plus riche d’Allemagne, avec près d’un quart de la population nationale. Le Parti a multiplié par cinq son pourcentage de voix recueillies en deux ans.

20 sièges sur 237

Largement minoritaire face au SPD (39,1 %) et au CDU d’Angela Merkel (26,3 %), le PiratenPartei a tout de même répété ses anciennes performances en devenant la cinquième force du Land, derrière les Verts (11,3 %) et le FDP (8,6 %). Résultat, le Parti pirate allemand a gagné 20 sièges au parlement de la RNW, sur un total de 237 sièges. Le SPD aura pour sa part 99 sièges, contre 67 pour le CDU, 29 pour les Verts et 22 pour le FDP.

Sur son site internet, le Parti Pirate explique qu’il luttera « pour la protection des droits civils et un meilleur système d’éducation ». Joachim Paul, 54 ans, l’un des candidats majeurs du parti, précise que le PiratenPartei encouragera une « plus grande participation démocratique » et que « la protection des consommateurs » sera l’un de ses chevaux de bataille.

Un parti pour durer ?

Le Parti n’est pas peu fier d’avoir réalisé des résultats proches du FDP et des Verts, avec pourtant un budget ridiculement bas. Le parti félicite d’ailleurs tous les bénévoles qui ont contribué à sa campagne, et sans qui un tel résultat n’aurait pu être atteint.

Pour Bernd Schlömer, président du Parti Pirate allemand depuis avril dernier et accessoirement membre du ministère de la Défense, cette réussite dans la région la plus peuplée d’Allemagne prouve que le PiratenPartei est « maintenant fermement établi dans le système des partis ». Le but de Schlömer est d’ailleurs de crédibiliser le Parti et de dépasser les 10 % l’année prochaine, lors des législatives 2013.

Un parti de contestataires

Selon un sondage réalisé récemment et relayé par Handelsblatt, le Parti Pirate est toujours vu comme un parti de contestataires. Ainsi, deux électeurs sur trois ont voté pour ce parti pour s’opposer aux autres partis, tandis que seulement 31 % des électeurs ont voté pour le programme du PiratenPartei en lui-même. Les voix du parti sont donc encore fragiles et peuvent aisément retourner leurs vestes. Confirmer sera donc l’objectif le plus complexe du parti désormais.

À l’instar de la Suède et récemment de l’Autriche, le succès du PP ne date cependant pas d’hier en Allemagne. Selon certains, leurs bons résultats passés et les subventions du gouvernement récoltées grâce aux petits pourcentages réalisés ont permis au PP de réaliser une campagne politique plus crédible cette année. Le parti a de plus une vision à long terme, et son programme intéresse de nombreux Allemands. Reste à répéter pareille performance en France.
Publiée le 14/05/2012 à 17:20
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité