Jeux sociaux : Zynga porte plainte contre son concurrent français Kobojo

Peur sur la Ville 68
Zynga, l’un des leaders du marché des jeux sociaux, vient de déposer plainte aux États-Unis contre son concurrent Kobojo. Pour la société américaine, qui décline de nombreux jeux comme CityVille ou FarmVille, l’éditeur français a abusé de la notoriété du terme « ville », notamment en proposant PyramidVille.

zynga jeux sociaux ville zynga jeux sociaux ville

Dans une plainte déposée le 4 mai devant un tribunal de San Francisco (disponible en PDF sur le site de la justice californienne), Zynga affirme que Kobojo porte atteinte à ses marques déposées. Depuis 2007, l’éditeur de ces jeux disponibles sur les réseaux sociaux tels que Facebook propose effectivement de nombreuses applications comme FishVille ou FrontierVille.

La plainte précise ainsi que « Zynga n'a cessé de promouvoir les jeux de la famille "Ville" comme un ensemble à part entière, identifié par le suffixe distinctif "Ville" ». Pour la société américaine, ce signe distinctif est de surcroit un élément marketing important, puisqu’il permet aux utilisateurs de reconnaître facilement un produit de sa marque.

PyramidVille Koboko 

Or, le concurrent français de Zynga, Kobojo, propose lui aussi un jeu avec un suffixe en « Ville » : PyramidVille. Pour l’éditeur américain, il s’agit tout simplement d’une utilisation non autorisée d’un signe distinctif lui appartenant, visant à tromper l’utilisateur. La société française se servirait selon son concurrent du succès et de la renommée des produits de Zynga pour attirer plus de clients. Contactée par PC INpact, Kobojo n’a pas souhaité faire de commentaire.

Derrière toutes ces considérations juridiques, se cachent en réalité d’importantes questions financières. En effet, les jeux sociaux s’avèrent relativement rentables, d’où une rude concurrence entre les différents acteurs du marché.

Zynga demande ainsi au tribunal de San Francisco de faire cesser les violations dont il estime faire l'objet, et sollicite un dédommagement à hauteur de « trois fois le montant de tous les bénéfices réalisés par le défendeur de l'utilisation du nom PyramidVille ».
Publiée le 10/05/2012 à 09:41
Publicité