Windows 8 : Microsoft s'explique sur le retrait du Media Center

Entre coût des licences et évolution des usages 190
La semaine dernière, Microsoft a annoncé que la lecture des DVD vidéo et le Media Center ne feraient pas partie de Windows 8. L’éditeur a expliqué en effet qu’il serait obligatoire de payer un pack supplémentaire pour obtenir ces fonctionnalités. Une décision qui a généré de nombreuses questions auxquelles la firme a tenté de répondre.

win8 windows 8

Des coûts de licence souvent redondants

Windows 8, qu’il s’agisse de l’édition normale ou de la Pro, ne pourra pas lire les DVD vidéo et n’embarquera pas le Media Center. Un changement important vis-à-vis de l’édition de Windows 8 la plus répandue : la Familiale Premium. Nous supposions alors que Microsoft souhaitait se reposer sur les éditeurs tiers de solutions multimédia pour gérer les coûts des licences attenantes. Les explications de Microsoft vont clairement dans ce sens.

La firme indique ainsi que toutes les technologies impliquées dans la lecture DVD, telles que le MPEG-2, sont soumises à des licences payantes. Le MPEG-2, justement, nécessite un décodeur dont le tarif est de 2 dollars par unité et fixé par l’association MPEG-LA. S’ajoutent les coûts liés au Dolby qui varient selon plusieurs critères, dont le type de machine. Microsoft en profite pour expliquer que l’intégration de la lecture des Blu-ray vidéo aurait à son tour fait gonfler la note.

Toujours selon Microsoft, il existe un autre problème lié aux licences de ces technologies : la redondance des royalties. Dans le cas de Windows 7 par exemple, Microsoft paye directement des redevances à l’association MPEG-LA d’une part, ainsi qu’à Dolby d’autre part. La société vendant le matériel paye elle aussi : Dell, HP et l’ensemble des OEM. Les éditeurs tiers de solutions multimédia, comme Cyberlink, payent à leur tour le droit d’utiliser ces technologies dans leurs applications. L’utilisateur peut ainsi se retrouver à payer trois fois les royalties : pour le système d’exploitation, pour le PC lui-même et pour le logiciel de lecture.

Le report de la lecture DVD et du Media Center dans un pack payant a donc été prise pour diminuer le coût de licence de Windows. Pour Microsoft, il est impossible de prévoir à l’avance quels seront les usages réels de la machine et la firme ne souhaite pas faire payer des fonctionnalités qui, selon elle, sont désormais utilisées par une minorité de personnes. Notez toutefois que Microsoft continuera de payer les licences pour les technologies impliquées dans le streaming, telles que le conteneur MPEG-2 pour le codec H.264. Ceci bien sûr pour suivre la tendance : disparition des unités optiques et explosion de la vidéo à la demande (dans laquelle Microsoft investit évidemment).

Une explication simple et cohérente qui n’ira toutefois pas sans poser certains problèmes.

Des problèmes pratiques

L’utilisateur qui mettra à jour son PC WIndows 7 vers Windows 8 et qui ne possède pas de logiciel tiers multimédia subira ainsi la disparition des fonctions. En effet, les licences accordées à un produit ne sont pas transférées automatiquement à la version suivante. Conséquence : la lecture DVD et le Media Center de Windows 7 disparaissent lors de la mise à jour. L’utilisateur devra donc payer un supplément, qu’il s’agisse de celui de Microsoft ou d’un lecteur tiers.

Un autre problème se situe dans l’obligation de posséder l’édition Pro de WIndows 8 pour acheter le pack Media. Depuis l’édition classique, l’utilisateur devra acheter un supplément contenant les fonctionnalités de la Pro accompagnées de celles du Media Center.

Outre le fait que les tarifs n’ont pas encore été dévoilés, cette décision engendre nécessairement des frais supplémentaires ainsi qu’une logique douteuse : l’obligation de passer par un système dédié essentiellement aux entreprises afin d’acheter des fonctions grand public. « Essentiellement » car Microsoft considère que l’édition Pro sera choisie par les utilisateurs avancés, ceux-là mêmes qui ont jusqu’ici acheté Windows XP Professionnel, ou l’édition intégrale pour Vista/Windows 7. Microsoft pense que ces personnes seront tout à fait intéressées par des fonctionnalités telles que le démarrage depuis des images VHD ou le client Hyper-V (virtualisation). Ceux qui souhaitent toutefois se bâtir une solution Media Center de salon en seront pour leurs frais.

L'évolution des usages

Bien que la décision de Microsoft soit logique dans l’absolu, certains aspects pratiques nous semblent toujours étranges. Il y a fort à parier que peu se dirigeront vers le pack Media Center, d’autant que la fonction phare sera, selon l’aveu même de Microsoft, très proche de celle fournie dans Windows 7. Enfin, et c’est une précision importante, la lecture DVD ne sera possible que dans le Media Center. Même après installation du pack, le Windows Media Player en sera toujours incapable.

L’évolution des usages fait que la lecture des contenus multimédia se déporte graduellement vers les consoles, box internet et autres appareils spécialisés tels que l’Apple TV. En outre, l’arrivée massive des terminaux mobiles, en particulier les tablettes, joue pour beaucoup dans la future prévalence de la vidéo en ligne. Mais si un utilisateur souhaite pouvoir lire tous les contenus sur son PC, il se tournera vers un logiciel tiers tel que PowerDVD de CyberLink ou WinDVD de Corel, qui permettent en outre la lecture des Blu-ray. Pour ceux qui n’ont que faire du laser bleu, un logiciel gratuit comme VLC pourra d’ailleurs faire l’affaire. En attendant la réponse de la Hadopi sur l'interopérabilité des DRM...
Publiée le 09/05/2012 à 11:28 - Source : Microsoft
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité