Vidéo : le FBI replace le serveur de courriels anonymes

Sans avertir qui que ce soit 26
Suite (et fin ?) de l’affaire sur la saisie par le FBI d’un serveur New-Yorkais hébergeant Mixmaster, un service de « remailer » permettant d’envoyer des courriels anonymement. Réalisée suite à une enquête portant sur diverses alertes à la bombe à l’Université de Pittsburgh le mois dernier, cette saisie a fait grand bruit. Deux semaines plus tard, le serveur a été ramené par le FBI. Un retour des serveurs qui a pu être filmé.

Aucun avertissement

Filmée par une caméra de surveillance installée après la saisie des serveurs par le FBI le mois dernier, la scène est assez rare pour être relayée. Selon May First/People Link, concernée par cette saisie avec Riseup Networks, l’organisation n’a pas été avertie de ce retour, ni de la prise du serveur par ailleurs, qui n’a pu être que constatée.

Selon les deux organisations, cette saisie n’était « pas seulement une attaque à notre encontre, mais une attaque à l’encontre de tous les utilisateurs d’Internet qui ont besoin de communications anonymes » résumait à l’époque Jamie McClelland, le directeur de May First/People Link.

Une saisie inutile

Utilisé par de nombreux groupes de personnes n’ayant rien à voir avec le terrorisme, le service de courriels anonymes était hébergé sur un serveur ne comportant aucune donnée assurent les deux organisations. « Le FBI pratique une approche au bulldozer, en arrêtant les services de centaines d’utilisateurs pour les actions d’un seul anonyme. C’est particulièrement mal visé car il y a très peu de chances que se trouvent sur le serveur des informations sur la source des emails de menaces » expliquait Devin Theriot-Orr, porte-parole de Riseup Networks.

Selon nos informations, les serveurs sont désormais analysés afin de vérifier si le FBI n’a pas profité de ces deux semaines pour installer un logiciel voire un matériel espion…
Publiée le 04/05/2012 à 16:32 - Source : Merci Lunar
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité