S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Microsoft se diversifie mais tarde à en tirer des résultats financiers

La patience est une vertu

Pour la plupart des gens, Microsoft rime principalement avec Windows et la suite Office. Il est vrai qu’aujourd’hui, ces deux produits restent, et de loin, les principales mamelles financières de la firme américaine. Cette dernière a ainsi été vivement critiquée pour ne pas se diversifier suffisamment, contrairement à Apple, Google ou même Amazon. Cette situation semble néanmoins changer petit à petit, même si les fruits tardent à être cueillis.

Star wars Kinect Xbox 360

Un succès dans les jeux vidéo : mais après ?

Aujourd’hui, Microsoft, ce n’est donc pas que Windows, Office, ou encore Internet Explorer. Depuis une dizaine d’années maintenant, Microsoft s’est lancé dans le marché des consoles de jeux vidéo. Si la première Xbox première du nom a eu des débuts difficiles dans le monde, avec d’assez bons résultats en Amérique du Nord toutefois, la Xbox 360 a permis à MS de devenir un acteur à part entière dans ce marché.

Mais en dehors de sa réussite dans le jeu vidéo, qu’a donc fait Microsoft ces dernières années afin de moins dépendre de Windows et de sa suite Office ? Si en s’alliant avec Yahoo!, son moteur de recherche Bing est devenu là encore un acteur important du secteur, notamment aux USA, financièrement, c’est une catastrophe, avec 5,5 milliards de $ de pertes depuis le lancement de Bing. Ce dernier reste toutefois une vitrine de poids pour Microsoft afin de faire face à Google.

Des nuages à Skype

Outre Bing, la firme américaine a dépensé sans compter ces dernières années sur Internet. La société a notamment investi dans le nuage (cloud), les TechDays 2012 en février dernier ont d’ailleurs confirmé cette volonté, et SkyDrive, son service de stockage en ligne, est particulièrement mis en avant ces derniers jours, depuis le lancement de Google Drive.

Toujours sur Internet, Microsoft a frappé un grand coup en dépendant la somme faramineuse de 8,5 milliards de dollars pour croquer Skype l’an passé. Fort de dizaines de millions d’utilisateurs quotidiens, et de centaines de millions d’inscrits, le logiciel n’est cependant pas un monstre financier. Microsoft devrait toutefois dégager quelques bénéfices non négligeables à l’avenir, d’autant que la firme de Redmond a lancé son logiciel sur de nombreuses plateformes différentes, jusqu’à la PlayStation Vita.

Facebook, un partenaire privilégié

Encore sur Internet, Microsoft a acheté il y a cinq ans déjà 1,7 % de Facebook, pour 240 millions de $. Dès lors, le succès mondial de Facebook est un peu le sien, sachant que Facebook exploite Bing pour la recherche et la traduction, et que Skype est intégré à Facebook. Jusqu’en 2010, Microsoft était même l’unique intermédiaire pour afficher de la publicité sur Facebook. Le dernier épisode des brevets prouve d’ailleurs que le réseau social n°1 au monde est particulièrement chouchouté par Microsoft. Leur relation devrait ainsi durer encore de nombreuses années.
Nokia Windows Phone 7

Windows Phone 7 et 8 arriveront-ils à contrer iOS et Android ?

Après avoir occupé quelques parts de marché dans le secteur des PDA et des smartphones avec Windows Mobile, Microsoft a perdu des plumes à vitesse grand V depuis le lancement de l’iPhone sous iOS et des Androphones. Le géant du logiciel a répliqué en sortant du lot avec Windows Phone 7, dont l’interface Métro sera aussi utilisée pour Windows 8, ce qui est une révolution en soi.

Pour le moment, Windows Phone 7 est loin de faire jeu égal avec iOS et Android en termes de ventes. Néanmoins, tout porte à croire que son partenariat avec Nokia paiera à court et moyen terme, et qu’il deviendra la seule opposition valable aux deux leaders actuels. Ceci sans compter que diverses rumeurs laissent entendre qu’un jour ou l’autre, Microsoft pourrait croquer Nokia. Il faut dire que le PDG de Nokia n’est autre que l’ex-président de la division Business de Microsoft.

Et maintenant, les liseuses et les livres électroniques

Enfin, hier, Microsoft a frappé un grand coup en investissant 300 millions de $ dans la division numérique de Barnes & Noble, libraire n°1 aux USA et concurrent direct d’Amazon dans le secteur des liseuses avec ses Nook. Si Microsoft ne détient que 17,6 % de la division, il ne serait pas surprenant que ses parts augmentent rapidement, afin de faire de Microsoft un concurrent d’Amazon, Sony, Kobo, Apple et Google. En attendant, Microsoft fera fructifier ce « petit » investissement en avantageant son partenaire, notamment vis-à-vis de Windows 8.

Globalement, Microsoft reste toujours dépendant de ses divisions Windows et Business (Office). Néanmoins, sa division divertissement (Xbox) réalise certains trimestres un chiffre d’affaires très important, et même des bénéfices non négligeables. Quant à Internet et à la téléphonie mobile, il faudra se montrer patient avant d’en voir les fruits financiers.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 01/05/2012 à 07:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;