CISPA adopté par la Chambre des représentants

À voté 19
Les derniers mouvements d’opposition n’y auront donc rien fait, même celui de la Maison Blanche : le projet CISPA  Cyber Intelligence Sharing and Protection Act ») a été approuvé hier par la Chambre des représentants des États-Unis par 268 voix contre 168.

capitole usa congres etats-unis cc XB 
(Photo Xavier Berne)

Initialement prévu pour aujourd’hui, le vote de CISPA a donc été avancé par la majorité républicaine à la chambre basse du Parlement américain. Le New York Times nous informe que le vote a bénéficié d’un soutien bipartisan, puisque 42 voix démocrates se sont ajoutées aux 206 voix républicaines. Alors que le texte était présenté par Mike Rogers, un représentant républicain, 28 membres de son parti s'y sont toutefois opposés, aux côtés de 140 démocrates eux aussi hostiles à CISPA. Cela n'a néanmoins pas suffi pour arrêter le projet de loi, désormais transmis au Sénat.

Ce vote est intervenu après de nombreuses salves d’opposition à ce projet de loi, qui impose, sous motif de lutter contre les menaces informatiques, une collaboration active entre les acteurs privés et les autorités américaines. Il autorise ainsi ces dernières à accéder à titre préventif à de nombreuses données détenues par des sociétés américaines, telles que Facebook ou Google. La Maison Blanche avait d’ailleurs durci le ton à l’égard du texte, et de nombreuses rumeurs évoquaient un possible veto du président Obama en cas d’adoption du texte.

Michelle Richardson, de l’Association américaine pour les libertés civiles (ACLU), a ainsi déclaré à l’issue du vote : « La cybersécurité ne doit pas conduire à l’abdication de la vie privée des Américains en ligne. Comme nous l'avons vu à plusieurs reprises, une fois que le gouvernement obtient de vastes autorités nationales de sécurité, il n'y a pas de retour en arrière ». Elle conclut alors : « Nous encourageons le Sénat à laisser ce projet de loi horrible sombrer dans l'obscurité ».

Au Sénat de se prononcer maintenant en faveur de CISPA, ce qui risque de se révéler plus complexe que devant la Chambre des représentants, les républicains étant cette fois minoritaires.
Par Xavier Berne Publiée le 27/04/2012 à 08:57
Publicité