Sergey Brin clarifie ses critiques sur Apple et Facebook

Message personnel 21
Trois jours après s’être alarmé de l’état des libertés sur Internet dans une interview au Guardian, le cofondateur de Google Sergey Brin a publié le 18 avril dernier un billet sur sa page Google +, dans lequel il explique que certaines de ses idées auraient été « particulièrement déformées », et plus précisément celles à destination de Facebook et Apple.

sergey brin google+ 

Dans ce communiqué, Sergey Brin déclare que l’article du quotidien britannique ne constitue qu’un « bref résumé d’une longue conversation ». Certaines de ses pensées ayant été « détournées de [ses] principes fondamentaux », il a tenu a apporter certaines clarifications.

Il rappelle ainsi que pour lui, actuellement, « la principale menace à la liberté de l’internet réside, de loin, dans les filtrages gouvernementaux à l’égard des dissidents politiques ». Il souligne au passage que « d’autres pays comme les États-Unis ont adopté des techniques très similaires pour combattre le piratage ou d’autres vices », ce qui est à ses yeux considéré comme « dangereux ».

Le cofondateur de Google s’était également montré très acerbe à l’égard de Facebook, affirmant par exemple qu’il n’aurait pas pu mettre en place son moteur de recherche avec Larry Page si l’Internet avait été dominé par le réseau social. Il avait ainsi critiqué « la montée de Facebook et Apple, qui possèdent leurs propres plates-formes propriétaires et contrôlent l'accès de leurs utilisateurs, ce qui risque d'étouffer l'innovation et de balkaniser le Web ».

Pour éviter certains « malentendus », Brin a ainsi tenu à ajouter qu’il ne pensait « certainement pas » que ces inquiétudes étaient à mettre « sur un pied d’égalité avec les menaces de censures gouvernementales ». Pour lui, le problème est qu’un entrepreneur qui souhaiterait lancer une innovation sur le Web aurait bien plus de mal de nos jours qu’auparavant, du fait de l’apparition de nombreuses barrières. Il évoque en comparaison l’époque du « Web 1.0 », où « Yahoo ! créa un répertoire de tous les sites qu’il pouvait trouver sans demander de permission à personne », où eBay « devint rapidement la plus importante société d’enchères dans le monde sans avoir à reverser une partie de ses revenus aux FAI »...

Pour redorer son blason vis-à-vis de Facebook et Apple, il déclare avoir « beaucoup d’admiration » pour ces deux sociétés, qui œuvrent selon lui pour « la libre circulation des informations dans le monde ». Pour Brin, Facebook se révèle d’ailleurs « un outil clé pour l’expression politique, et fut un instrument des printemps arabes ». Du côté d’Apple, il pousse le bouchon de son « admiration pour les produits Apple » jusqu’à affirmer écrire « ce billet depuis un iMac et utiliser un clavier Apple [qu’il chérit] depuis sept ans ».
Par Xavier Berne Publiée le 19/04/2012 à 15:27
Publicité