Stéphane Richard (Orange) : « nous sommes revenus à la normale »

Tout du moins côté départs 36
L’engouement pour Free Mobile continue de se dissiper. Après Bouygues, SFR et Virgin Mobile, voilà qu’Orange confirme à son tour que les départs des abonnés se rapprochent de l’avant-Free Mobile. Défendant Free et son contrat d’itinérance avec ce dernier, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, a par contre vivement critiqué son partenaire sur sa mauvaise anticipation, engendrant des problèmes importants de portabilité et de réseaux constatés au début de l’année. Il a de plus confirmé qu’aucun plan de licenciements n’était à l’ordre du jour.

Stéphane Richard Orange France Télécom

200 000 abonnés pour Sosh

Interrogé par Investir.fr, Stéphane Richard assure ne plus observer « de départs massifs de clients, nous sommes revenus à la normale avec environ 10.000 demandes par jour, comme avant l’arrivée de Free dans le mobile ». Il n’a par contre donné aucune indication sur les recrutements d’abonnés, hormis au sujet de Sosh, la contre-attaque à son partenaire et rival.

Forte de plus de 200 000 abonnés désormais, Sosh est une arme crédible aux concurrents équivalents et à Free Mobile note Richard. « Sosh comprend notamment un forfait à moins de 10 € qui répond à un usage qui n’est pas satisfait par Free. Aujourd’hui il y a incontestablement un ralentissement des migrations et des demandes des portabilités » rajoute le PDG.

Les mauvaises anticipations de Free Mobile

Rappelant à nouveau sa satisfaction d’avoir signé un contrat d’itinérance avec Free Mobile – « les recettes tirées du marché de gros compenseront en partie la baisse de celles du marché de détail » – Stéphane Richard n’est pas avare en critique envers son partenaire au sujet de ses prévisions d’arrivées d’abonnés, bien trop faibles par rapport à la réalité.

« Le problème des retards dans le traitement des demandes était dû au fait que Free a sous-estimé le nombre de clients qui demanderaient à changer d’opérateur pour venir chez lui » a-t-il ainsi tenu à expliquer au sujet de la portabilité des numéros.

Richard a de plus rajouté que Free était le seul et unique responsable des lourds problèmes constatés sur le réseau ces dernières semaines. « Le seul responsable de ces problèmes, c’est Free qui, lui, a sous-estimé l’effet de ses offres sur le marché. Ceci dit, notre contrat fonctionne bien mais j’ai tenu à rappeler, pour rassurer nos clients, que s’il devait dégrader la qualité de service du réseau Orange, nous avions les moyens de suspendre l’itinérance. »

Les bonnes anticipations d'Orange

Rappelant la qualité « largement reconnue » de son réseau, ceci afin de démentir les propos négatifs de ces dernières semaines, le patron de France Télécom a expliqué à notre confrère que le revenu moyen par abonné mobile devrait reculer de 10 %, à la fois compensé par l’augmentation du nombre d’abonnés et le contrat d’itinérance signé avec Free Mobile.

Enfin, tout en affirmant que le marché mobile français était concurrentiel avant l’arrivée de Free Mobile, Stéphane Richard a assuré qu’aucun licenciement n’était en vue. « Les salaires ne représentent que 20% de notre chiffre d’affaires, ne tombons donc pas dans l’obsession du niveau de la masse salariale. D’autre part, nous bénéficions d’une pyramide des âges favorable et, pour rappel, le groupe intègre encore 65.000 fonctionnaires, des effectifs dont la flexibilité de l’emploi est limitée. »

Effectivement, selon nos informations, l’impact de Free Mobile chez Orange en termes d’emploi sera limité pour les raisons citées par Stéphane Richard. Néanmoins, si à ce jour, les emplois ne sont pas menacés, il n’est pas impossible que les nombreux départs à la retraite ne soient pas remplacés en fin d’année et en 2013.
Publiée le 17/04/2012 à 06:00
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité