L'émulateur Android peut enfin utiliser l'accélération matérielle du GPU

La différence dans les performances ? Radicale 31
Chaque plateforme comporte ses défis pour les développeurs tiers. Sur Android, l’un d’eux réside dans l’émulateur. Ses performances ont toujours été mauvaises, rendant plus complexe la tâche de ceux qui veulent savoir comment leur application se comportera. Mais des améliorations récentes contribuent à changer la donne.


La première amélioration n’est pas sans rappeler celle offerte à Chrome OS : l’accélération matérielle. L’un des principaux points noirs de l’émulateur est qu’il utilisait jusqu’à présent le processeur central pour calculer toutes les manipulations graphiques. Or, depuis Android 3.0, on trouve une accélération graphique croissante dans le système, une progression dont l’émulateur avait bien du mal à gérer. Conséquence : les développeurs pourront avoir une idée plus précise des performances réelles.

Puisque l’on parle des performances, sachez également que la nouvelle version peut utiliser nativement le processeur de la machine de test. Il s’agit d’une modification importante : les images x86 du système n’auront plus à passer par l’interpréteur ARM, ce qui devrait nettement améliorer la rapidité de l’ensemble. La différence de performances entre l’interprétation et la simple virtualisation est illustrée dans cette vidéo :


Autre ajout bienvenu : la prise en charge d’autres méthodes de saisies depuis un appareil connecté en tethering. Concrètement, si le smartphone est branché à l’ordinateur, ses capteurs et son multi-touch peuvent être utilisés pour l’application en test dans l’émulateur. Un travail qui continue puisque dans une prochaine version, le Bluetooth et les puces NFC (Near Field Communications) seront gérés à leur tour.

Les travaux actuellement effectués par Google sont d’une importance cruciale pour le futur. Le fait de proposer une plateforme n’est pas tout : les développeurs doivent être séduits non seulement par les possibilités, mais également par les outils fournis. Apple et Microsoft proposent des ensembles cohérents centrés respectivement autour de Xcode et Visual Studio. Google a donc tout intérêt à rendre ses outils séduisants : leur qualité peut nettement influer sur la pérennité de la plateforme, et les meilleures performances sont clairement un pas dans la bonne direction.

Quant aux réactions des développeurs face à ces améliorations, elles sont éloquentes : il suffit de lire les commentaires de la première vidéo. La nouvelle version de l'émulateur est disponible depuis le site officiel.
Publiée le 10/04/2012 à 15:30 - Source : Google
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité