L'idée de segmenter les offres Internet fixe refait surface

Pour financer le très haut débit... 72
L’idée de segmenter les forfaits internet fixe est loin d’être enterrée. Dévoilé l’été dernier par notre confrère Owni suite à la fuite d’un document interne de la Fédération Française des Télécoms, le concept refait aujourd’hui surface via le premier ministre François Fillon. Son Centre d’Analyse Stratégique milite en effet pour cette solution afin de financer le très haut débit.

forfaits Internet fixe segmentation
Tableau publié par Owni l'an passé sur une possible segmentation des forfaits.

« Répondre aux demandes spécifiques de certains usagers »

Comment peut-on fibrer rapidement la France, alors que les tarifs internet sont parmi les plus bas du monde à pouvoir d’achat comparable ? Afin de trouver de nouvelles sources de revenus, le gouvernement a déjà imaginé dans le passé de multiples taxes, notamment sur les abonnés ADSL et mobiles, mais aussi sur d’autres produits comme les consoles, les télévisions ou même les fournisseurs de contenus (Google, Apple, Facebook, etc.). Ces taxes ont cependant toutes été abandonnées.

Selon le 55ème numéro de l’Edition Multimédi@ à paraître lundi prochain, le Centre d’Analyse Stratégique (CAS) du premier ministre a publié fin mars dans sa dernière note d’analyse la proposition suivante, toujours dans le but de financer le très haut débit : « Il paraît important, dans cette perspective, de promouvoir des offres tarifaires “segmentées”, qui permettraient de répondre aux demandes spécifiques de certains usagers tout en contribuant à faire croître le revenu moyen par abonné pour le très haut débit. »

Segmenter et non taxer

Plutôt de taxer à tout-va, l’idée serait donc d’augmenter les tarifs des abonnements à haut et à très haut débit en proposant des services haut de gamme, bien évidemment payants. Le CAS explique dans sa synthèse que cette segmentation ne s’oppose pas à l’existence d’un forfait de base, ni à « la mise en place d’un tarif social du haut débit dans un premier temps, puis, à terme, du très haut débit ».

Le Centre d’Analyse Stratégique de François Fillon ajoute que taxer les fournisseurs de contenus comme cela avait été imaginé n’est pas intéressant d’un point de vue financier. A contrario, les « gains qui pourraient être dégagés par les opérateurs en introduisant une segmentation de leur clientèle » peuvent être très importants.

Mais comment segmenter les offres et sur quels critères ? Le CAS précise trois critères possibles :
  • l’intensité de la consommation
  • la qualité des accès utilisés
  • les fonctionnalités additionnelles du terminal et les contenus couplés avec l’abonnement.
Cette idée deviendra-t-elle réalité un jour dans les mois ou années à venir ? Il est pour le moment difficile de le savoir tant le sujet est polémique. Cette éventualité ne doit cependant pas être écartée. Notre confrère Edition Multimédi@ note en effet que cette idée du CAS est en fait une reprise stricto sensu des propositions formulées par l’Idate dans son dernier rapport.
Publiée le 06/04/2012 à 17:23
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité