S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le gouvernement canadien ne s'opposera pas à un rachat de RIM

Ça, c’est dit.

Research In Motion va mal. Ses derniers résultats financiers en attestent et la société traverse actuellement une période délicate. L’actuel PDG, Thorsten Heins, a clairement indiqué que RIM allait désormais se reconcentrer sur le marché professionnel et les services, les deux forces de la firme. Mais cette traversée du désert s’accompagne de dangers significatifs, et le gouvernement canadien est venu y ajouter son grain de sel.

blackberry bold curve

Les derniers résultats trimestriels de RIM représentent bien le danger de la situation actuelle du constructeur. Globalement, des livraisons de smartphones en recul de 20 % et une baisse similaire dans le chiffre d’affaires ont entraîné des pertes de 125 millions de dollars. Les finances du constructeur sont fragilisées et la reprise n’est pas pour tout de suite. Le renouveau des BlackBerry passe en effet par la version 10 du système qui n’est pas attendue avant la fin de l’année.

Mais la position de la firme est encore un peu malmenée par une décision récente du gouvernement canadien. Le ministre des finances, Jim Flaherty, a en effet indiqué que les instances ne s’opposeraient pas à un rachat de RIM si une proposition sérieuse était faite. Ses propos sont rapportés par Daily Tech : « Ils seront les maîtres de leur propre destinée. Nous aimerions évidemment que RIM soit une entreprise canadienne à succès, ce qu’elle était avant : une société très innovante et à succès ».

Car oui les BlackBerry étaient les vrais premiers synonymes de smartphones. L’arrivée de l’iPhone puis la déferlante Android ont profondément changé les règles de ce secteur. Si le PDG Thorsten Heins indique que la revente n’est pas la solution rêvée, elle n’est pas écartée pour autant. Mais Daily Tech rapporte qu’en cas d’opération de rachat, les négociations s’étendraient à certains clients très lourds de RIM, à commencer… par le département américain de la défense.

Le DOD dispose en effet d’un contrat conséquent avec RIM, les officiers utilisant presque exclusivement des BlackBerry dont le contenu est entièrement chiffré. Étant donné le caractère très sensible de ce contrat, il se pourrait que l’accord du département américain soit primordial, quel que soit l’acheteur potentiel.

Toujours selon Daily Tech, les clients potentiels sont d’ailleurs pour la plupart des sociétés américaines. Côté constructeurs, les noms de Dell et HP circulent. D’autres noms tels que Microsoft, Amazon ou même Nokia sont abordés, le premier pour récupérer les technologies sur les emails, ce qui complèterait les offres Exchange. Des rumeurs de rachat qui ont provoqué une légère hausse du cours de l’action de RIM, signe de l’inquiétude du marché, avant de redescendre à nouveau.
Source : Daily Tech
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 03/04/2012 à 11:52

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;