Qualcomm : à l'assaut des ultraportables sous Windows 8

Comme c'est étonnant 38
Qualcomm a annoncé à nos confrères de PC World qu'il comptait proposer ses SoC Snapdragon S4 à quatre coeurs aux fabricants de portables, et notamment ceux qui réalisent des Ultrabook à base de processeur Intel. Le but, pour le leader de puces ARM, est d'avoir des machines encore plus fines, beaucoup plus autonomes et plus connectées que ce propose la firme de Santa Clara.

Smartbook, un projet resté dans les cartons

Il y a quelques années, le fabricant avait déjà tenté cette même proposition, que l'on connaissait alors sous le terme de « Smartbook ». Ils devaient, du moins en théorie, venir marcher sur les platebandes des netbooks...

Toshiba AC100 Tegra T250
(L'AC-100 de Toshiba aura été une exception, le seul smartbook commercialisé)

Cependant, pour beaucoup de projets, ils sont restés dans les cartons des constructeurs et le netbook (que ce soit d'Intel ou AMD) s'est plutôt bien vendu malgré le manque de fonctionnalité. Par exemple, le support de la haute définition n'est arrivé que l'année dernière chez AMD et cette année chez Intel...  Dans les faits, seul Toshiba a sorti un modèle, l'AC-100 à base de puce Tegra de NVIDIA, mais n'a pas rencontré le succès escompté.

Windows 8 ARM pourrait tout changer

Seulement une différence notable par rapport à 2008 / 2009, c'est l'arrivée de Windows 8 qui offre une compatibilité aux puces ARM. En effet, jusqu'ici les propositions que pouvaient tenir les différents vendeurs de solutions autres que celles en X86 (Intel ou AMD), se tournaient autour de système d'exploitation Linux. Un OS qui n'a malheureusement pas le vent en poupe dans les yeux du grand public, et encore moins dans les grandes enseignes qui le jugent bien souvent trop compliqué à vendre.

L'arrivée de Microsoft dans cette bataille pourrait alors effectivement tout changer. Certes les performances iront encore vers les puces X86, cependant en terme d'usage, les puces ARM proposent aujourd'hui la même chose que ce que propose Intel / AMD. En effet, le décodage / encodage matériel est supporté, tandis que la possibilité de jouer est aussi de la partie. Bref, pour le grand public, il est tout à fait possible de passer dans le camp des puces ARM.

Qualcomm S4 : quatre coeurs, mais surtout 4G

La proposition de Qualcomm avec ses SoC Snapdragon S4 ou leurs déclinaisons « pro » est relativement simple. Outre l'aspect performances qui est toujours en deçà des puces Intel, c'est surtout grâce à l'aspect connectivité qu'ils peuvent prendre le dessus.

En effet, elles sont gravées en 28 nanomètres et embarquent de quoi supporter de la 3G ou, mieux encore, de la 4G. Des propositions de valeurs que n'a pas Intel ou alors qui nécessitent des surcoûts supplémentaires pour les fabricants de portables.

En outre, les puces ARM consomment moins d'énergie pour fonctionner que celles d'Intel ou d'AMD, ce qui veut aussi dire qu'à batterie égale l'autonomie devrait être en hausse. À moins bien sûr que les constructeurs ne se servent de cette variable pour baisser leurs coûts de fabrication.

Qualcomm n'est pas seul, NVIDIA ou Texas Instruments sont aussi là

Enfin, Qualcomm n'est pas le seul à proposer des puces ARM, et il ne serait pas étonnant que NVIDIA tente de se glisser sur ce terrain là aussi, tout comme Texas Instruments. Tous deux voulant sortir du simple marché des tablettes et autres smartphones.

Reste à voir si ces projets verront le jour et si des constructeurs de portables vont se lancer dans cette nouvelle aventure d'ordinateurs portables fins, légers et connectés. Rendez-vous à l'automne prochain pour le savoir.
Publiée le 02/04/2012 à 10:00
Damien Labourot

Journaliste High-tech gravitant autour de la mobilité (smartphone, tablette, portable) et toujours prêt à de nouvelles expériences.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité