Averti par la Hadopi, le Français dépense plus et même, il s'enrichit

Alleluia 93

Poisson d'avril !

Cette actualité était en fait un poisson d'avril de la PUR.fr espèce. Il n'a jamais été démontré que l'abonné par trois fois menacé galope à la FNAC carte bleue en main pour 1) s'acheter une suite de sécurité 2) dévaliser les rayons de CD et DVD. Mais l'important est d'y croire, non ?



Selon une nouvelle étude publiée par la Hadopi et financée intégralement par l’IFPI, près de 3 internautes sur 4 ayant reçu un email d’avertissement ont été poussés par l’irrésistible désir d’acheter des contenus en ligne.

Aptitude à la résistance à l'achat
Taux de résistance à l'achat chez l'abonné menacé 13x par l'Hadopi

Mieux, ce n’est pas seulement le désir d’acheter qui a augmenté. C’est aussi le pouvoir d’achat mesuré chez ces 1984 foyers témoins, qui a été décuplé à la seule réception de ce courrier. « Cela peut s’expliquer intégralement et sans discussion possible par la puissance persuasive de la menace pédagogique, mais aussi par la légitimité aujourd’hui installée de la Haute autorité, a souligné Eric Malter dans les colonnes d’Électron Emprisonné. Déduisez ce que vous en voulez, c’est une réalité tangible. Rejoignez-nous au sein des Labs, nous en parlerons. »

Il résulte de cette récente étude IFLOP donc que plus l’abonné réceptionne de courriers d’avertissement, plus il achète de contenus. « C’est tellement évident. C’est nerveux » remarque Malter. Après un premier email, l’abonné va sécuriser son abonnement sur Deezer. En phase de la lettre recommandée, il achète en moyenne deux films en VoD monophonique. En phase 3, celle de la convocation, c'est l'alchimie : le foyer menacé dépense cette fois entre 120 à 150 euros en DVD et CD-Audio, mais également 8 euros par film en VOD stéréo, nouvelle tarification proposée par les producteurs de films.

« Un nouveau bilan indiscutable ! » commente Nicolas Sarkozy, conforté chaque jour un peu plus dans le prochain déploiement d’Hadopi 3, après sa réélection : « fort de cette nouvelle étude, nous allons adresser des courriers d’avertissement non plus seulement à ceux qui téléchargent mais également à ceux qui envisagent de le faire. Plus d’avertissements, c’est plus d’offres légales. C’est plus de France Forte. »
Publiée le 01/04/2012 à 08:37
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité