Le noyau Linux 3.3 intègre directement plusieurs pilotes Android

Il devient possible de lancer des applications Android sur Linux 69
La version 3.3 du noyau Linux a été publiée. Elle contient comme d’habitude de multiples améliorations mais cette mouture se signale surtout par la réintégration de plusieurs modifications en provenance d’Android, donc de Google.

android linux
Source de l'image : rKrovs, Creative Commons

Linuxfr.org a publié la très longue liste des apports du noyau Linux 3.3. On trouve diverses nouveautés comme des améliorations sur le système de fichiers Btrfs, l’ajout du commutateur réseau virtuel Open vSwitch, le remplacement à chaud des disques RAID, un nouveau gestionnaire de surveillance des batteries ou encore le support de l’architecture C6X de Texas Instrument (embarqué).

La partie concernant Android remet sur le tapis la manière dont le code est intégré dans le noyau Linux. Il ne s’agit pas en effet de la première fois que du code était présenté pour intégration. Plusieurs pilotes Android avait en effet failli faire parti du noyau avant d’être rejetés fin 2009 à cause d’un manque de suivi de la part de Google.

Comme l’explique Ars Technica notamment, les développeurs utilisent la branche « staging » du noyau Linux pour présenter du code en vue d’une intégration prochaine. Il s’agit en quelque sorte d’une antichambre dans laquelle les éléments attendent leur maturation car ils ne sont pas jugés assez bons pour la production. En 2009, les pilotes Android faisaient partie de cette branche mais le mainteneur principal, Greg Kroah-Hartman, avait fini par indiquer qu’ils semblaient « abandonnés ».

En novembre 2011, Kroah-Hartman réintègre les pilotes Android dans la branche staging, avec succès cette fois comme en témoigne cette version 3.3. Plusieurs composants sont donc désormais présents :
  • Ashmem (Android shared memory), un mécanisme de partage de la mémoire vive
  • Binder, qui permet la communication entre les processus
  • Logger, une infrastructure de log
  • Le mécanisme « low memory killer » qui permet de faire le ménage dans les processus quand la mémoire vient à manquer
Il devient donc possible, avec le noyau Linux 3.3, de démarrer un espace utilisateur Android sans aucune autre retouche. Toutefois, la gestion de l’énergie sera relativement mauvaise car il manque encore le composant wakelock dont c’est justement la mission.

Comme d’habitude, le nouveau noyau sera déployé progressivement sur les distributions ou dans leurs versions ultérieures.
Publiée le 20/03/2012 à 11:13 - Source : Kernel Newbies
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité