Mozilla réfléchit au support du H.264 dans son OS mobile

Avant de le généraliser à tous les Firefox ? 45
Les codecs vidéo sont un champ de bataille, en particulier sur le web. Deux formats s’affrontent principalement : le H.264 et le WebM. Le premier est propriétaire, l’autre libre, et les éditeurs sont obligés de choisir des camps via leurs navigateurs. Mozilla, farouche partisan du WebM, s’était jusqu’à présent refusé à rependre en charge le H.264. Mais l’arrivée de son propre système d’exploitation mobile autorise de nouvelles réflexions.

b2Gb2Gb2G

S'aligner sur la concurrence

Mozilla a présenté durant le Mobile World Congress de Barcelone son système « Boot To Gecko » (B2G). Les attentes concernant un smartphone n’étant pas les mêmes que celles d’un PC, l’éditeur a décidé de ne se bloquer aucune porte. C’est ainsi que pour la première fois, Mozilla considèrerait le support du codec H.264, et ce pour plusieurs raisons.

Il s’agit d’une réflexion en cours lancée par le développeur Andreas Gal sur le groupe Google « mozilla.dev.platform ». Le but n’est pas selon lui de doter les versions de Firefox d’un décodage quelconque, mais d’autoriser le navigateur à utiliser celle fournie par le système d’exploitation. Il cite le cas d’Android qui intègre plusieurs codecs qui ne sont pas directement exploités par Firefox. Mais au-delà de la simple capacité à s’aligner sur la concurrence, il existe des arguments techniques.

Firefox peut lire le format WebM de Google, mais sans accélération matérielle : les puces ne sont tout simplement pas prêtes. La lecture se fait donc, mais au détriment des performances et donc de l’autonomie. Andreas Gal souhaite donc que Firefox ait les moyens de ses ambitions et s’ouvre aux codecs présent sur le système d’exploitation. Dans le cas des smartphones qui possèdent souvent des puces appropriées, cela signifierait la possibilité de lire entre autres le H.264.

Un choix à généraliser ?

Mozilla réfléchit encore à la question et rien n'a été réellement décidé, même si le support du H.264 dans B2G paraît bien amorcé. En outre, l’ouverture à tous les codecs installés sur le système serait limitée dans un premier temps au système mobile et donc au Firefox qui s’y trouve. Plus tard, la modification serait répercutée sur la version Android, mais le monde des PC classiques rencontrerait des difficultés.

Puisque le H.264 est à l’honneur dans la réflexion actuelle, la question de sa disponibilité réelle dans les systèmes se pose. Comme répond Asa Dotzler de Mozilla, le seul OS garantissant la présence du H.264 est Windows 7. Ni Linux ni les versions antérieures de Windows ne le possèdent de façon certaine. Ce qui pose un problème pour les développeurs web : comment savoir si le codec est présent ? Andreas Gal convient que les PC sont un sujet plus « complexe », ce qui explique pourquoi « nous attaquons d’abord les mobiles ».

Jérémie Patonnier, autre développeur, indique dans la discussion que le souci des développeurs web sur la vidéo existe déjà de toute façon : puisque H.264 et WebM s’affrontent depuis un moment (notamment via la décision radicale de Google de ne plus supporter le H.264 dans Chrome), les sites souhaitant diffuser de la vidéo doivent toujours proposer au moins deux formats, qui peuvent être les H.264 et WebM en exploitant la balise vidéo du HTML5. La solution est donc simple pour Patonnier : les développeurs savent déjà gérer ce type de cas, et la prise en charge de l’accélération matérielle dans Firefox n’y changera rien.

Entre philosophie et pragmatisme

Mais Mozilla est avant tout un éditeur focalisé sur l’open source. Le choix du WebM est une prise de position : un codec libre et « patent free », c’est-à-dire utilisable par n’importe quelle personne ou société sans royalties. Dans la discussion, Joe Drew résume les craintes qui planent sur l’ouverture de Firefox au H.264 : « Je crains particulièrement que, si nous supportons les codecs du système, nous renoncions tout simplement aux codecs libres. Si, comme nous le croyons, le futur est mobile et que nous supportons le H.264 et d’autres codecs propriétaires, alors le futur des codecs est propriétaire. »

Mozilla se retrouve donc tiraillé entre deux positions : le respect d’une philosophie de promotion du libre, et un certain pragmatisme technique. Le H.264 est dans tous les cas un format vidéo très répandu, et une partie des développeurs de l’éditeur souhaite désormais s’aligner avec la concurrence.
Publiée le 13/03/2012 à 10:20 - Source : Mozilla
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité