S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : les femmes prendront-elles le pouvoir sur Internet un jour ?

Profitons de la journée internationale de la femme

Absentes de nombreux domaines, que ce soit du fait de diverses barrières masculines (en politique ou entreprise) ou tout simplement d’un désintérêt (hardware, etc.), les femmes ont ces dernières années pris un réel poids sur Internet. Une importance qui pourrait bien influencer certains sites web, que ce soit graphiquement, au niveau de l’ergonomie ou même des services.

Ordinateur femme
Source : Stock.xchng

Facebook, un réseau social dominé par les femmes

Aujourd’hui, 49 % des internautes en France sont des femmes, et dans certains pays, elles sont tout simplement majoritaires. Une statistique logique et conforme à la population, dès lors qu’Internet se démocratise. Reste à savoir où se tournent les femmes. Et de nombreux sondages répondent à cette question.

Plusieurs études ont déjà montré que Facebook était de façon très nette un réseau social féminin. Nielsen a ainsi indiqué en septembre dernier que la plupart des utilisateurs de Facebook aux États-Unis sont des utilisatrices. Et non seulement elles sont plus nombreuses, mais elles consomment aussi bien plus le réseau. Ainsi, 62 % des pages vues du site de Mark Zuckerberg sont générées par des femmes.

En France, l’Ifop, en novembre dernier, est allée dans le sens de l’étude américaine en montrant que 54 % des Françaises interrogées allaient sur Facebook, contre 45 % pour les hommes.

Globalement, peu importe les pays, les femmes dominent les réseaux sociaux, même si l’on peut bien entendu trouver des cas inverses selon les réseaux (quid de G+ et Twitter ?) et les pays (en Asie par exemple). Les réseaux sociaux ne sont cependant pas les seules activités particulièrement féminines. Selon une récente étude de Médiamétrie, les femmes ont ainsi un poids supérieur aux hommes dans l’achat en ligne, la discussion instantanée, la publication de photos, etc.

Une influence féminine encore à démontrer

Cette nouvelle situation donne-t-elle un pouvoir particulier aux femmes, ou tout du moins une influence ? N’importe quel entrepreneur doit s’adapter à sa clientèle s'il veut survivre, c'est un fait. Il est ainsi évident que si un webmaster se rend compte que les deux tiers de ses utilisateurs sont des utilisatrices, il devra ajuster son site et ses services en conséquence.

Pour le moment, cette influence est encore peu évidente, et ceci, pour deux raisons. Si les femmes règnent dans certains secteurs, elles les dominent d’un point de vue passif et non actif. Ainsi, tous les grands sites actuels, hormis ceux totalement dédiés aux femmes, ont été fondés par des hommes. Qui plus est, les contenus créés sur la toile, des blogs à Wikipédia, en passant par les vidéos, sont en majorité masculins.

Le profil du contributeur de Wikipédia est ainsi un jeune homme de 26 ans plutôt geek apprenait-on en août dernier, ce qui n’était pas sans créer de problème dès lors que ce contributeur commençait à faire sa vie... Diverses études ont d’ailleurs montré qu’entre 70 et 90 % des contributeurs (selon les pays) sont des hommes. Un sondage interne de Wikimédia chiffrait même en 2010 à 12,64 % les contributions féminines, sans en expliquer les causes malheureusement.

Une domination qui n’est pas sans conséquence, certains groupes féministes américains jugeant même Wikipédia de sexiste. Bien sûr, nous pourrions noter que rien n’empêche les femmes de participer à l’encyclopédie du fait de son ouverture. Néanmoins, outre l’édition d’article encore assez « geek », qui rebute bien des hommes et plus encore de femmes, la probable domination des hommes parmi les administrateurs peut aussi avoir un rôle dans cette situation.

Ce manque de contenu sur Wikipédia créé par des femmes, peu importe le sujet (pas forcément sur des sujets typiquement féminins), a logiquement une répercussion sur l'orientation des articles, et par conséquent sur le genre des lecteurs, qui a lui-même des conséquences sur les contributions. Le poisson se mord la queue. Le sondage de Wikimédia a ainsi montré que 30 % des visiteurs de Wikipédia sont des lectrices, et dont seulement 12,64 % contribuent. La situation n’est donc pas prête de changer, même si Wikipédia a avoué l’an passé qu’il souhaitait doubler le taux de contributrice et donc atteindre la barre des 25 %.

Une faible mise en avant médiatique

Autre exemple particulièrement révélateur de la différence entre la présence des femmes sur Internet et leur impact réel (ou supposé) sur le réseau, fin 2010, Nicolas Sarkozy a convié divers blogueurs et entrepreneurs du web. Parmi les convives, strictement aucune femme n’était invitée, alors qu'il existe pourtant des bloggeuses et entrepreneuses en France. Un plan de table à fort taux de testostérone rapidement remarqué et critiqué sur la toile.

Quand bien même certaines femmes réussiraient sur Internet, rien ne prouve qu'elles seraient considérées et donc mises en avant pour autant. À moins d'atteindre des sommets comme Arianna Huffington, la fondatrice du célèbre Huffington Post, difficile pour les femmes de se faire une place, même si Madame Huffington prouve que c'est possible.

Internet pourrait "changer" dans les années à venir

Historiquement masculin, à l’image de l’entrepreneuriat et bien d’autres domaines, Internet souffre donc aussi des mêmes tares, ceci alors que les femmes commencent à prendre un poids réel sur la toile, tout du moins en termes de présence. Néanmoins, sur Internet, contrairement à la « vie réelle », tout va beaucoup plus vite. Dans quelques années, la situation sera donc peut-être totalement différente.

Les jeux vidéo, en un rien de temps, se sont bien adaptés à la féminisation de leur secteur, Internet peut donc en faire de même. Reste que pour les hommes, le changement risque d’être brutal, les habitudes étant parfois difficiles à changer. Il l’est déjà pour les jeux vidéo, et cela pourrait bien arriver d’ici peu sur Internet. Il faudra ainsi surveiller de près l’évolution d’un site comme Facebook ou même de certains services de Google.

De très nombreuses femmes ont marqué l’Histoire de l’informatique, nous nous en faisions l’écho, il y a deux ans. Pour Internet, si certaines ont fondé des sites importants dans certains pays (en France notamment), l’impact des femmes est loin d’être encore évident. Cela ne pourrait cependant être qu’une question de temps.

P.S. : il n’est pas question ici de mettre en avant divers clichés sur les différences entre les hommes et les femmes. Néanmoins, ces mêmes clichés sont véhiculés inconsciemment ou non par la plupart des gens de façon générale, qu’ils soient passifs, actifs ou fondateurs de start-up, peu importe. Et ces a priori sont et seront forcément visibles sur les sites et les services disponibles sur la toile. Il faut donc les prendre en compte, que l’on soit d’accord ou non avec ces préjugés.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 10/03/2012 à 10:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;