Free Mobile attaquera "toute personne dénigrant la réalité de sa couverture"

Oh c'est bon, on en a déjà assez avec les brevets... 213
En marge de ses résultats financiers et de son nombre de nouveaux abonnés haut débit (nous y reviendrons), le groupe Iliad a publié un communiqué directement destiné aux détracteurs de Free Mobile, notamment sur sa couverture. Lançant de très nombreuses piques envers la concurrence, ce communiqué précise que désormais « Free Mobile attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de sa couverture ou de ses investissements ».

free mobile

Free rompt le silence

La guerre opposant Free Mobile à ses concurrents (et leurs syndicats) vient de passer un nouveau palier. Depuis deux mois, Orange, et plus encore SFR et Bouygues, ont été particulièrement virulents envers Free Mobile. Il faut dire que Xavier Niel, le président d’Iliad, n’a pas été avare en critiques lors de la présentation de Free Mobile le 10 janvier dernier.

Free a ainsi souhaité mettre les points sur les « i » après plusieurs semaines de silence face aux flots de critiques. Rappelant ses obligations de couverture, Free s’est globalement contenté de répéter les propos de Jean-Ludovic Silicani, le président de l’ARCEP, lors de son audition devant la Commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale.

Free est le premier à respecter ses obligations

Rappelant ainsi ses engagements de couverture, Free note avec malice qu’il « est le premier opérateur à respecter ses obligations de couverture 3G dans les délais de la licence. Les trois opérateurs historiques n’ont respecté leurs obligations de couverture 3G qu’après mise en demeure et avec plusieurs années de retard. »

Nous pourrions néanmoins faire remarquer qu’à l’époque, la concurrence était nulle et que le non respect des obligations de couverture d’Orange et SFR (puis Bouygues Télécom) n’était pas spécialement un problème, sauf à prendre du retard. A contrario, Free Mobile devait absolument atteindre la fameuse barre des 27 % de couverture s’il souhaitait pouvoir utiliser au plus vite sa licence 3G. Les impératifs étaient donc différents.

Pourquoi 27 % de sa consommation ne passe pas par son réseau

Free Mobile a de plus tenu à faire remarquer qu’il « va de soi que ce pourcentage de couverture mesuré en % de la population, n’équivaut pas à une part de trafic identique acheminé en propre sur le réseau ». Cinq raisons à cette différence sont données par Free :
  1. Du fait des difficultés à déployer un réseau dans de brefs délais, la couverture de Free Mobile est à ce jour discontinue. Les abonnés sont donc souvent en itinérance.
  2. Du fait des difficultés de déploiement d’antennes sur les zones les plus denses, le réseau ne couvre pas les zones à fort trafic.
  3. L’obligation de couverture est uniquement « outdoor » et mesurée comme telle. La couverture « indoor » est, à ce stade initial de déploiement, moins bonne et en conséquence, une large part du trafic « indoor » est acheminée en itinérance.
  4. Les fréquences 900 Mhz attribuées à Free Mobile et couvrant les zones denses ne seront disponibles qu’au 1er janvier 2013. Ces fréquences sont efficaces notamment pour la couverture « deep indoor ».
  5. De nombreux téléphones du parc ne fonctionnent qu’en 2G.
Le communiqué en profite pour rajouter une nouvelle pique envers la concurrence, précisant que « chacun peut constater qu’à Paris, théoriquement couvert à 100 %, il est fréquent de ne trouver qu’une couverture 2G ». Là encore, Free rejoint le président de l’ARCEP, qui avait conté une histoire personnelle sur son impossibilité d’accéder à la 3G alors qu’il vivait en plein Paris.

2500 sites fin 2012, 6000 sites fin 2015

Concernant son déploiement, Free Mobile affirme compter environ 1000 sites actifs et qu’il espère en activer 6000 en tout d’ici fin 2015 afin de couvrir 75 % de la population. Free Mobile annonce d’ailleurs qu’il devrait compter environ 2500 sites d’ici la fin de l’année, de quoi couvrir près de la moitié de la population si ces sites sont situés en zone très dense.

Au sujet de l’emploi, Free rappelle avoir recruté près de 1500 salariés ces douze derniers mois afin de préparer l’arrivée de Free Mobile. Une réponse aux multiples discours annonçant les conséquences négatives sur l’emploi de Free Mobile, souvent citées par les concurrents et leurs syndicats.

Itinérance : SFR ou Bouygues ont proposé des tarifs plus agressifs qu'Orange

Enfin, Iliad a de nouveau attaqué ses concurrents au sujet de son contrat d’itinérance signé avec Orange. « Free Mobile s’est d’ailleurs vu proposer avant son lancement des tarifs d’itinérance plus compétitifs par d’autres que le partenaire finalement retenu pour la qualité de son réseau. Ces opérateurs hier désireux de conclure ce contrat avec Free Mobile condamnent aujourd’hui le principe de l’itinérance. »

Rappelant que déployer son propre réseau est la seule solution pour rendre réellement rentable Free Mobile, répétant donc là encore les propos de Jean-Ludovic Silicani, Iliad clôt son communiqué par une phrase aux sous-entendus évidents : « depuis le 10 janvier, le marché français du mobile est concurrentiel et les Français s’en réjouissent, il faut l’accepter. »
Publiée le 08/03/2012 à 15:27
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité