S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Nicolas Sarkozy et Frédéric Mitterrand applaudissent Hadopi via The Artist

Le muet rend bavard

Le président Nicolas Sarkozy a adressé dans un communiqué ses vives félicitations à l'équipe de The Artist après les cinq Oscars glanés cette nuit. Pour le désormais candidat « le succès de The Artist témoigne de la vitalité exceptionnelle de notre cinéma et de la réussite de la politique conduite par les pouvoirs publics pour conforter l'excellence de cette grande industrie française ».

Le locataire de l’Élysée, qui a porté Hadopi 1 puis Hadopi 2 après la censure devant le Conseil constitutionnel a tenu « à cette occasion à renouveler son soutien à tous les acteurs de la filière, qui, techniciens ou artistes, concourent à faire du cinéma français l'un des tout premiers au monde ».  Des propos repris en substance sur RTL ce matin plus explicitement : « il faut défendre le cinéma, défendre les auteurs. Les films, on doit les payer. On ne peut pas les pirater. C’est tout ce qu’on a voulu avec la loi Hadopi. Je pense que cela préserve la création. »

Nicolas Sarkozy RTL

Sur Europe 1, ce matin, Frédéric Mitterrand a lui aussi applaudi la victoire du film de Michel Hazanavicius. Le ministre de la Culture « cinéphile excité depuis le début » par The Artist , a à son tour vanté Hadopi, en profitant du tremplin mondial du film, sa « singularité » et « l’année exceptionnelle du cinéma français ». : « Les cinéastes américains sont à fond avec nous dans la lutte contre le piratage et pour Hadopi. J’étais à Hollywood il y a trois mois, ils sont en train de regarder toute la journée ce qu’on fait dans ce domaine avec énormément de solidarité pour notre combat. » Un double soutien qui intervient alors qu'en face, l’opposition a promis l’abrogation d’Hadopi en cas de victoire à l'élection présidentielle.

Selon plusieurs témoins sur Twitter hier soir, depuis le tapis rouge des Oscars, Alain Terzian a tout autant mis en avant le rôle d’Hadopi et du modèle français derrière ce succès et les bons chiffres des entrées. Il est le président de l’UPF, l’Union des producteurs de Films qui compte comme vice-président Thomas Langmann, lui-même producteur de The Artist.

En 2009, l’Union qualifiait l’opposition de la gauche à Hadopi de « démagogique », estimant qu’elle n’avait « rien compris » au droit d’auteur. L’UPF n’était pas plus tendre ensuite. En octobre 2010, quand la gauche annonçait la fin d'Hadopi en cas de victoire en 2012, ces producteurs publiaient un communiqué pour dénoncer ce PS qui « persiste à bafouer le droit des artistes » : « Hadopi est le fruit d’un long combat conjoint des créateurs, artistes et producteurs de cinéma en France afin de pérenniser le respect de leurs œuvres et le renouvellement des talents dans l’environnement numérique ». L’UPF en profitait aussi pour dépeindre Hadopi sous les couleurs d’« un modèle aujourd’hui reconnu mondialement et suivi avec attention par les pays étrangers » alors qu’en France, l’ « acharnement du Parti Socialiste relève d’une irresponsabilité totale vis-à-vis de la culture française et d’un réflexe dangereusement démagogique ». Il remerciait dans le même temps le gouvernement actuel « pour son soutien déterminé à la création française et sa volonté d’instaurer une véritable économie de l’Internet pour les créateurs. »
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 27/02/2012 à 08:27

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;