S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Copwatch saborde son sous-domaine pour éviter le blocage d'eu.org

Frappe chirurgicale VS bombe H

Pour maintenir une présence en ligne, Copwatch s’était tourné vers eu.org afin d‘obtenir un sous-domaine. À la demande du ministère de l’Intérieur, le TGI de Paris ordonnait son blocage par IP ou DNS à tous les fournisseurs d’accès. Plutôt que de prendre le risque de bloquer les 20 000 autres sous-domaines de Eu.org, Free avait alors décidé de faire cavalier seul : pour éviter le blocage, il jouait la subsidiarité jusqu’au bout en prenant contact avec Eu.org. Une manœuvre qui a réussi.

copwatch motif blocage

La subsidiarité est un principe simple : celui qui réclame le retrait d’un contenu doit se tourner en priorité vers l’éditeur, puis les autres intermédiaires techniques comme les hébergeurs pour se débarrasser d’un site posant problème, puis vers les fournisseurs d’accès si les hébergeurs se sont montrés « défaillants ». Pour le blocage de Copwatch, Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, avait expliqué au juge les raisons pour lesquelles il n’avait pu entrer en contact avec l’éditeur ou de l’hébergeur du site. Des raisons visiblement solides puisque le TGI de Paris ordonnait le blocage du miroir de Copwatch chez eu.org. Le juge a laissé aux FAI le soin de choisir entre deux techniques de blocage, IP ou DNS.

Dans le même temps, sur son site, Eu.org confirmait n'avoir jamais été contacté par qui que ce soit pour gérer ce litige. Une situation paradoxale puisque le gros souci de cette décision est que les FAI qui opteront pour un blocage DNS, bloqueront l’intégralité d’eu.org et donc ses 20 000 autres sous-domaines. Des sites tiers « licites » torpillés par un tir à gros boulet sans nuance.

Après cette ordonnance, Free a fait le pari de suivre la subsidiarité que Guéant avait jugé impossible à pratiquer. Le FAI a donc soumit le problème à eu.org, qui a transmis la demande à Copwatch, lequel vient de décider de saborder lui-même son sous-domaine (voir le communiqué).

copwatch

Il s’agit donc d’une victoire de la subsidiarité sur le blocage, levier qui avait été trop rapidement négligé par Guéant. La décision de Copwatch va avoir des effets intéressants puisque les FAI n’ont en définitive plus à bloquer ce sous-domaine de eu.org qui s’apprête à disparaître.

Cette disparition n’entraîne pas celle de Copwatch. Dans son communiqué, le site rappelle qu’il sera toujours accessible via d’autres URL comme https://copwatchnord-idf.org ou sur les miroirs existants (par exemple http://copwatch-mirror.qsdf.org). Avec cette conclusion : « Leur censure nous renforce dans ce que nous faisons et nous n’arrêterons pas ici nos activités. Nous allons profiter de cette nouvelle fermeture pour nous rapprocher des personnes qui se sont adressées à nous et des collectifs qui agissent dans le même sens que nous. On vous tiendra au courant de nos décisions, par quelque moyen que ce soit ».
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 23/02/2012 à 10:13

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;