Streaming audio : la justice danoise ordonne le blocage de Grooveshark

C'est la mode... 29
Le site de streaming audio Grooveshark, concurrent de Deezer et Spotify, est déjà attaqué en Amérique du Nord, mais aussi dans certains pays européens. Et nous venons d'apprendre que la justice du Danemark a ordonné hier son blocage suite à une plainte d’une trentaine d’ayants droit.

Grooveshark

Une décision "disproportionnée"

Pour le moment, seul un opérateur (3) est concerné par ce blocage. Les ayants droit espèrent cependant que tous les autres opérateurs du pays suivront.

Grooveshark est attaqué pour la simple et bonne raison qu’aucun accord, à quelques exceptions près, n’a été signé avec les maisons de disques locales, ceci malgré des contacts répétés en 2011.

L’opérateur 3 a cependant contesté cet avis en avançant que des musiciens utilisaient Grooveshark pour diffuser légalement leurs œuvres. En somme, bloquer intégralement la plateforme serait donc « disproportionné ».

La Cour précise que la société 3 a quatre semaines pour décider d’appliquer le blocage ou passer par la Haute Cour de justice afin de faire appel de cette décision.

Bloquons, bloquons, petits patapons

Cette nouvelle n’est au final pas une première pour Grooveshark. Encore disponible outre-Atlantique malgré les attaques des grandes majors, le site n’est plus disponible en Allemagne et n’est accessible qu’en version payante dans d’autres pays.

Rajoutons que nous vivons une période de blocage de sites, et outre les cas spéciaux que sont MegaUpload ou encore Allostreaming, The Pirate Bay est lui aussi sous la menace de multiples blocages. Le Royaume-Uni pourrait ainsi forcer les FAI anglais à bloquer TPB dans les mois à venir. Un blocage qui n’est pas une première pour le site spécialisé en liens BitTorrent, de nombreux pays européens ayant bloqué ou menacé de bloquer la plateforme suédoise.
Publiée le 21/02/2012 à 17:30
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité