S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Eric Besson demande à l'ANFR un audit de la couverture Free Mobile

Le motard lui monte au nez

L’arrivée de Free Mobile en tant que quatrième opérateur continue à susciter des vagues. Ses concurrents en place suspectent ce dernier de ne pas respecter ses engagements de couverture. En décembre, l’ARCEP avait pourtant constaté que Free couvrait bien le plancher de 27% qui conditionnait son entrée sur le marché.

eric besson ministre économie numérique

Cependant, ce taux pourrait ne pas avoir été maintenu. Les syndicats des opérateurs contestent aussi la méthode de l’ARCEP pour mesurer cette couverture effective : selon eux, il est nécessaire de « vérifier la capacité réelle du réseau de FREE MOBILE à prendre en charge les appels de ses clients et non la simple existence d’un signal ». Autre chose, Orange aurait dénoncé à Free une surexploitation de son réseau où plus de 97 % des communications de Free Mobile passeraient par ses antennes-relais. On est donc ici bien loin des 27% que devrait assurer Free avant de pouvoir activer la prestation d’accès en itinérance achetée auprès d’Orange.

Face à cette polémique, l’ARCEP a promis de nouvelles mesures. Elles seront publiées début mars, avec le bilan de l'arrivée de Free Mobile.

Cet arbitrage mené par l’ARCEP n’était visiblement pas suffisant, d’autant que les relevés se feront selon la même méthode que celle utilisée pour les précédents contrôles. Le cabinet Besson s’est du coup invité dans la danse pour diligenter un audit supplémentaire.

Jeudi, il a adressé une lettre de mission à l'Agence nationale des fréquences, un établissement public placé sous sa tutelle. Dans ce courrier révélé par la Tribune, le ministre de l’Économie numérique demande à cet établissement public d'« effectuer les mesures nécessaires pour vérifier la couverture effective des réseaux de l'opérateur Free Mobile sur le territoire métropolitain ». Il rappelle que les obligations de Free « correspondent à un taux de disponibilité pour les appels à l'extérieur des bâtiments d'au moins 95%, hors itinérance, à toute heure de la journée. ».

Il demande aussi à l’ANF de déterminer « la population couverte par le réseau de l’opérateur », « la liste des stations effectivement constatées en service, c'est-à-dire émettant un signal et paramétrées pour accueillir concrètement et effectivement des communications électroniques sur le réseau propre de l'opérateur », s’y ajoutent « la liste des stations en service permettant un accès effectif au service téléphonique » et « au haut débit ». Bref, autant de critères qui devraient permettre de mesurer l’effectivité du réseau Free.

Besson a laissé 10 jours à l’ANF pour mener à bien ces mesures. Fait notable, le cabinet du ministre demande expressément à son établissement de lui rendre compte directement des premiers résultats. Ils tomberont donc avant ceux de l’ARCEP et d’abord dans ses mains...
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 20/02/2012 à 08:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;