Free Mobile : Éric Besson demande de doubler la capacité de portabilité

Chose souhaitée, chose eue 108
Free Mobile intéresse décidément beaucoup le ministre Éric Besson. Après s’être félicité de l’arrivée du nouvel opérateur, avoir écrit à l’ARCEP au sujet de ses antennes ou encore avoir brièvement discuté sur Twitter avec Xavier Niel au sujet de la portabilité, voilà que le ministre de l’Industrie vient de mettre un coup de pression au président du GIE EGP, l’organisme chargé de gérer la portabilité.

« (…) la capacité effective de cette plateforme de gestion de la portabilité a été portée de 20 000 à 45 000 numéros portés par jour. Il semble aujourd’hui que cette capacité soit largement insuffisante (…) Je souhaite que la capacité effective (…) soit augmentée dans les plus brefs délais à 80 000 numéros portés par jour (…). »

Ce courrier, qui a aussi été envoyé à Stéphane Richard et Franck Esser, respectivement président d’Orange et SFR, demande donc à ce que la capacité de portabilité passe rapidement à 80 000 par jour, contre 45 000 actuellement. Une demande réalisée dans le but de limiter l’attente des abonnés Free Mobile, certains n’ayant toujours pas été traités par le GIE EGP depuis trois semaines.

Une explosion des demandes de portabilité

 Pour rappel, le GIE EGP est le sigle de Groupement d’Intérêt Économique Entité de Gestion de la Portabilité. Géré par tous les opérateurs, ce groupement gère habituellement entre 10 000 et 15 000 demandes de portabilité par jour. L’arrivée de Free Mobile a cependant tout chamboulé et multiplié la demande par 10 lors de son lancement.

Sa capacité est ainsi rapidement passée à 35/40 000 demandes quotidiennes. Une augmentation de capacité encore insuffisante toutefois. La demande d’Éric Besson est donc logique en ce sens. Néanmoins, nous pourrions faire plusieurs remarques sur cette demande qui semble bien tardive :
  • Selon ce document du ministère de l’industrie daté de novembre 2006, le GIE EGP a une capacité de « 60 000 portages par jour ». Il semble que ce nombre soit finalement supérieur à la réalité. Notons tout de même que les 900 000 portages par mois représentent 30 000 portages par jour, soit un nombre proche de la capacité actuelle.
Eric Besson Free Mobile portabilité
  • Mercredi dernier, lors de son audition devant la Commission des affaires économiques à l’Assemble Nationale, Xavier Niel affirmait que le GIE EGP « traite actuellement 40 000 demandes par jour. Il doit grimper à 80 000 d’ici la fin de la semaine, ce qui nous permettrait de rattraper notre retard. Le GIE prend quand même un peu son temps. Ce sont ces retards qui sont responsables essentiellement du retour de certains abonnés vers les concurrents. » Le nombre de 80 000 avancé par Éric Besson ne sort donc pas de son chapeau. Il s’agit d’une demande officiellement réalisée par Xavier Niel lui-même.
     
  • Samedi dernier, le ministre et Xavier Niel ont brièvement discuté sur Twitter. Le patron d’Iliad (Free) lui a notamment fait savoir que le ministre devait « faire son job : agir dans l’intérêt du consommateur en imposant le respect de la loi (portabilité en 3 jours et désimlockage immédiat) ». Le jour même, Éric Besson lui répondit « Je le fais, Xavier. Nous en reparlerons. » Niel pointa alors son doigt sur les « 3 semaines sans action sur la portabilité ».
Eric Besson Free Mobile portabilité
  • Le lendemain, toujours sur Twitter, le Cabinet de Besson fit remarquer à Niel que Free devrait s’investir pleinement dans le GIE EGP. Niel fit remarquer de son côté que si le gouvernement « n'impose pas le respect de la loi concernant les délais de portabilité et de désimlockage, tout cela n'aura servi à rien ».
La pression est désormais portée sur le GIE EGP, et donc sur les opérateurs mobiles. Reste que cela ne résoudra pas forcément tous les problèmes des clients. Certains sont en effet en attente de portabilité, mais d’autres sont tout simplement en attente de leur carte SIM…
Publiée le 31/01/2012 à 02:45
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité