S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

PIPA/SOPA : les sénateurs reportent le vote de mardi

Le temps de conva... colmater les brèches ?

Les projets de lois américaines PIPA et SOPA ont largement fait parler d’eux ces derniers jours. Le blackout généré par de grands acteurs du web a nettement contribué à sa couverture médiatique, loin en dehors des frontières des États-Unis. Dernier épisode, les sénateurs ont décidé de repousser leur vote, prévu mardi prochain, à une date ultérieure.

black out SOPA PIPA

Une opposition très visible

Ces deux lois ont pour projet d’autoriser les ayants droit à lancer des injonctions aux intermédiaires techniques lorsqu’un site favorise selon eux le piratage des oeuvres protégées. La différence avec le système actuel est qu’ils pourraient le faire en court-circuitant complètement la justice pour frapper directement à la porte des concernés.

Largement pointées du doigt comme attentatoire aux libertés, surtout celle d’expression, elles ont provoqué un véritable raz-de-marée médiatique. Elles ont également provoqué le blackout, grand mouvement de protestation qui s’est traduit par des sites noirs chez des acteurs comme Wikipedia. D’autres sociétés puissantes, telles que Google, ont mis en avant une pétition qui a receuilli plus de 4,5 millions de signatures. L’Electronic Frontier Fondation a posté sur son site un formulaire permettant d’envoyer plus de 250 000 messages au Congrès américain.

Les sénateurs font un pas en arrière...

Deux jours plus tard, les sénateurs semblent avoir enregistré le signal d’alarme. Harry Reid, qui dirige la majorité au Sénat, a annoncé que le vote sur PIPA, initialement prévu pour mardi prochain, était reporté à une date ultérieure. Pour l’instant, aucune autre information. Le délai semble demandé pour avoir la possibilité de cibler les problèmes soulevés.

Concernant SOPA, la situation est toute aussi trouble. Le sénateur Lamar Smith, l’un des plus gros supporteurs du projet de loi, a indiqué que le comité judiciaire allait également repousser le vote de SOPA, toujours sans aucune précision.

Globalement, la situation sur les deux lois semble figée pour plusieurs semaines. C’est ce qu’a indiqué Harry Reid en précisant que des progrès avaient été faits ces derniers jours, tout en étant optimiste sur la recherche d’un compromis. Il souligne que les inquiétudes soulevées par les lois sont légitimes et qu’il faudra bien les corriger un jour. Et de rappeler que le piratage et la contrefaçon coûtent chaque année aux États-Unis plusieurs milliards de dollars et des milliers d’emplois. À la louche.

... le temps de s'occuper des problèmes soulevés

Pour faire passer les deux lois, les sénateurs vont donc visiblement ne pas avoir le choix : il va falloir ouvrir les portes à d’autres acteurs et tenter de régler les points qui posent problème. Le court-circuitage de la justice place un pouvoir conséquent directement dans les mains des ayants droit, et nombreux sont ceux qui estiment qu’il y a danger. Le Département de la justice y gagnerait également les pleins pouvoirs pour bloquer les sites en exigeant leur retrait des moteurs de recherches au passage. Le danger, bien sûr, réside en ce que les PIPA et SOPA autorisent des frappes massives et que des sites parfaitement légaux pourraient passer à la trappe.
Source : PC Mag
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 21/01/2012 à 09:09

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;