Megaupload : "Notre priorité est de rétablir le service"

Première réaction de MU 243
Toute première réaction de Megaupload après la saisie physique des serveurs dans ses data centers « Juridiquement nous allons nous battre jusqu'au bout ». Laconique, le message d’Emmanuel Gadaix, qui représentait la plateforme la semaine dernière au Sénat, est clair : même décapitée de ses principaux responsables, MegaUpload ne baissera pas les bras. Elle prépare sa riposte à la mainmise du FBI sur ses serveurs.

MegaUpload


Le représentant de Megaupload nous soutenait dans une toute récente interview « respecter toutes les lois en vigueur dans toutes les juridictions dans lesquelles on travaille ». Le site s’est toujours abrité derrière son statut d’hébergeur (« nous ne sommes qu’un gros disque dur ») : « Il ne faut pas confondre l’hébergeur qui lui est neutre et n’a pas le droit d’inspecter le contenu des utilisateurs. C’est l’utilisateur qui a choisi de partager ce lien - auquel il n’a pas forcément droit – avec l’internet, ses amis, une communauté, un site... C’est en dehors de notre contrôle. Nous ne sommes ni juge, ni policier, ni Google. Nous avons des lois à respecter sur la vie privée, la protection des données qui nous interdit d’inspecter ce que font les utilisateurs avec leur compte ».

Un acte d'accusation rempli "d'inexactitudes"

Selon l’acte d’accusation épluché par Numérama, « le procureur reproche à MegaUpload de ne pas respecter la loi DMCA qui encadre la procédure de notification et de retrait des contenus. L'entreprise ne supprimait que le lien envoyé par l'ayant droit, et non le contenu correspondant, qui pouvait être retrouvé sous d'autres liens ». Un acte d’accusation qui, selon Emmanuel Gadaix, serait plein d’inexactitudes. Nous attendons de nouvelles précisions et publierons le cas échéant une actualité plus complète.

La priorité de MU ? "Rétablir le service"

Un lourd problème se pose pour quantité d’utilisateurs qui se servaient de Megaupload pour stocker des fichiers légitimes et non des copies de films. Que vont devenir ces fichiers ? « On ne sait pas, c'est notre priorité la plus importante, de rétablir le service à nos utilisateurs et entreprises qui s'en servent quotidiennement à des fins légales ». Existe-t-il des back up ? « Chaque fichier existe sur plusieurs serveurs, mais en ce moment ils sont inaccessibles ».
Publiée le 20/01/2012 à 10:20
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef Droit, LCEN, copie privée, terrorisme, données personnelles, surveillance, vie privée, et toutes ces choses...

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €