Windows 8 : Microsoft détaille son nouveau système de fichiers ReFS

Uniquement pour l'édition Server pour l'instant 65
Comme pour Windows 7, Microsoft applique sur Windows 8 la recette de la communication soigneusement contrôlée. La grande majorité des informations est révélée via un blog et peu d’informations finalement arrivent à filtrer/ ce fut néanmoins le cas du système de fichiers ReFS, que l’on sait affilié à la fonctionnalité Storage Space. L’éditeur vient cependant d’y consacrer un nouveau billet pour en expliquer les apports.

storage space

ReFS est donc un nouveau système de fichiers qui sera disponible avec Windows 8. La signification de l’acronyme est bien Resilient File System, c’est-à-dire littéralement « système de fichiers résistant ». Il doit être associé avec certaines fonctionnalités telles que Storage Spaces pour fournir un degré plus élevé de résistance aux défaillances, qu’elles soient matérielles ou logicielles.

ReFS n’est pas à proprement parler un nouveau système de fichiers. Il est bâti sur NTFS, mais attention : il ne s’agit pas d’une surcouche. NTFS a été gardé pour les fondations, car les besoins de compatibilité sont essentiels selon Microsoft. Cela concerne donc toute la sémantique du système ainsi que les opérations de base telles que lecture, écriture, ouvrir, fermer, les notifications de changements, etc. Cela concerne également les opérations en mémoire vive et cache ainsi que la synchronisation.

Les objectifs de ReFS

Le grand but de ReFS est avant tout de fournir au système d’exploitation des capacités de vérification et de correction automatique pour les fichiers. Les corruptions de données peuvent se produire selon Microsoft pour de nombreuses raisons et ReFS doit jouer un rôle actif pour les en empêcher. Cela passe notamment par un déplacement des métadonnées dans des zones différentes.

L’éditeur donne ensuite une liste des fonctionnalités principales de ReFS :
  • La vérification des métadonnées via des checksums
  • Des flux d’intégrité optionnels fournissant une incorruptibilité supplémentaire
  • Un modèle transactionnel d’allocations pour les écritures (copie sur écriture)
  • Meilleure gestion des volumes, fichiers et dossiers de grande taille
  • Utilisation de la virtualisation et des pools de stockage pour une gestion plus simple
  • Répartition des fichiers pour les performances et redondance pour la tolérance aux problèmes
  • Partage des pools de stockage entre les machines pour augmenter la tolérance aux pannes et la répartition de charges
  • Nettoyage des disques en prévention des erreurs habituelles (de type clusters perdus)
Puisque ReFS est basé sur NTFS, certaines fonctionnalités déjà existantes sont également de la partie. Cela concerne plus particulièrement le chiffrement BitLocker, les ACL, les liens symboliques, les points de montage, les copies instantanées de volumes ou encore les ID de fichiers.

Cas pratiques

Seul ou en combinaison avec Storage Spaces, ReFS vise particulièrement certains types de problèmes. C’est le cas notamment du « bit rot » qui survient quand des zones du disque dur développent une corruption qui s’étend avec le temps. Elles sont souvent indétectées, car elles correspondent à des espaces non fréquemment utilisés. Des routines ont donc été ajoutées pour nettoyer à intervalles réguliers les métadonnées et flux d’intégrité sur les volumes configurés comme miroirs dans les Storage Spaces.

Les flux d’intégrité sont une fonctionnalité supplémentaire permettant de renforcer la protection des données. Ils ne peuvent pas cependant être utilisés dans tous les cas. Ils provoquent une réallocation des blocs chaque fois que le contenu d’un fichier change. Certaines applications comme les bases de données ont leur propre manière de stocker des fichiers et d’en vérifier l’intégrité. Les flux pourront et/ou devront donc être désactivés pour ces cas spéciaux.

Autre cas particulier : celui des données qui, en dépit des protections, sont irrécupérables. Même dans l’hypothèse d’un Storage Space utilisé en mode miroir et avec ReFS, une panne peut quand même se produire. Dans ce cas, une fonction dite de « sauvegarde » procède au retrait des données corrompues dans l’espace de noms pour bloquer l’expansion de la corruption. Après ce retrait, plusieurs opérations sont possibles, comme la récupération des données corrompues depuis une sauvegarde ou leur recréation depuis les autres disques

Une arrivée progressive

ReFS a été conçu pour fonctionner notamment de concert avec les Storage Spaces. Cependant, ces derniers ne requièrent pas le nouveau système de fichiers pour fonctionner. Il est possible en effet de garder le NTFS classique, et ce, pour une bonne raison : ReFS ne sera pas disponible pour les postes clients, du moins dans un premier temps.

Microsoft explique dans son billet que les nouveaux systèmes de fichiers ont toujours été introduits de cette manière, c’est-à-dire en commençant par les serveurs. Plus tard, avec une version ultérieure du système, ou éventuellement un Service Pack, ReFS pourra être utilisé par les clients. L’étape finale sera de permettre à un volume ReFS de devenir bootable.

Le champ d’action de ReFS sera limité aux disques durs internes. Microsoft souhaite que son utilisation soit un choix et n’autorise donc pas les opérations « simples » telles que la conversion. Le ou les disques devront donc être formatés avant, puis les données placées ensuite.

Ceux qui souhaitent en savoir davantage pourront consulter le long billet de Microsoft sur le blog officiel de Windows 8. Attention cependant, la lecture en est particulièrement technique. Notez également que ReFS pourra être utilisé avec la bêta du système, mais il faudra obligatoirement la version Server pour le tester.
Publiée le 17/01/2012 à 12:00 - Source : Microsoft
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité