Rétrospective PCi 2011 : forfaits mobiles, FAI, tablettes et réseaux sociaux

Un peu de lecture... 9
Après nos rétrospectives 2011 sur l'actualité logicielle et juridique, voici notre rétrospective sur les forfaits mobiles, les FAI, les tablettes tactiles et les réseaux sociaux. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'année 2011 a été mouvementée. Nous vous proposons donc ci-dessous un résumé des évènements clés de l'an passé.

Les forfaits mobiles

Outre les mises à jour majeures de nombreux OS mobiles, la mise à l’écart de webOS par HP et la montée en puissance du matériel pour smartphone, le secteur a vécu une sorte de révolution du côté des opérateurs français. Il faut dire que l’arrivée de Free Mobile début 2012 a forcé les opérateurs à s’adapter. Et les Français se sont enfin intéressés aux MVNO.

Le respect des anciens abonnés

SFR, vers le milieu de l’année 2011, a lancé de nouveaux forfaits (les Formules Carrées), mais surtout, l’opérateur au carré rouge a totalement changé sa politique d’engagement et de fidélisation. Une véritable révolution a ainsi été mise en place, les abonnés ayant terminé leur abonnement passent ainsi automatiquement au tarif éco, alors que dans le passé, ils payaient comme s’ils continuaient de rembourser leur téléphone… Et ce n’est pas le seul changement.

Globalement, la plupart des opérateurs ont multiplié les offres sans engagement, notamment à très bas prix, ceci pour réduire l’impact de l’arrivée de Free Mobile, tant redoutée. Néanmoins, toujours dans le même but, ces mêmes opérateurs ont multiplié les offres afin de pousser ses abonnés à reconduire leurs contrats pendant deux ans.

SOSH Orange

L’apparition des offres à prix cassés Sosh (Orange), B&You (Bouygues) et Red (SFR), mais aussi de certains MVNO, Numericable notamment, permettent aujourd’hui de disposer d’un forfait intéressant pour moins de 30 € par mois, là où il fallait en dépenser le double voire le triple il y a encore peu. Les offres voix illimitées sont désormais abordables, à l’instar des offres SMS illimitées. Reste désormais à passer un cap du côté d’Internet sur smartphone. Peut-être avec Free Mobile ?

L'essor des MVNO

L’autre évolution majeure des opérateurs se situe nettement du côté des MVNO. Il y a en premier lieu l’arrivée des Full MVNO, à savoir Virgin Mobile, Lycamobile et NRJ Mobile. Ensuite, les MVNO alignent les records de recrutement ces derniers trimestres, même si les opérateurs historiques sont parfois plus que des loueurs de réseaux… Les MVNO dépasseront la barre des 7 millions d’abonnés fin 2011, contre moins de 5 millions fin 2010 et moins de 3 millions fin 2007.

Un autre évènement arrivé en début d’année 2011 doit aussi être rappelé : le changement de TVA. Auparavant taxés à 5,5 % pour la partie télévision, les opérateurs ont vu ce taux ramener à 19,6 %. Orange et SFR ont alors choisi de répercuter leurs tarifs, ce qui a eu pour conséquence de permettre aux abonnés de quitter leur opérateur sans aucun frais, peu importe le nombre de mois restants. Les répercussions ont été désastreuses pour Orange et SFR, au point de revenir début février à leurs anciens tarifs. Ce revirement a tout d’abord prouvé que les opérateurs disposaient d’une marge largement suffisante pour compenser cette hausse de TVA. Quant aux annonces de hausse puis d’annulation conjointes entre Orange et SFR, vous en tirerez la conclusion par vous-mêmes.

Pas de Free Mobile comme cadeau de Noël

Quant à Free Mobile, il n’a finalement pas dévoilé ses forfaits fin 2011, ratant une période pourtant cruciale en recrutement d’abonnés, pour le bonheur de la concurrence. Pourquoi ne pas se lancer en décembre 2011 alors que tout semblait propice à une telle sortie (accord de l’ARCEP, etc.) ? Free Mobile n’était probablement pas prêt à 100 %. Reste à savoir ce qui lui manquait. L’officialisation de ses offres ces prochains jours devrait répondre à nos questions.

Geek Pic Free Mobile

Enfin, rappelons que les dossiers de la 4G ont enfin été finalisés, alors que des offres sont déjà disponibles dans certains pays européens, ainsi qu’en Amérique et en Asie (Japon). Néanmoins, les premières offres en France ne seront probablement pas lancées avant 2013, tout du moins selon Orange. À moins qu’un opérateur concurrent crée la surprise.

Ce qu’il faut attendre en 2012 : Free Mobile, évidemment, l’essor des Full MVNO, les répliques des opérateurs à Free Mobile, des plans plus précis sur la 4G (voire son arrivée surprise), etc.

Les FAI


Après l’offre quadruplay Ideo de Bouygues Télécom en 2009, le monde d’Internet en France a connu une nouvelle claque en 2011 : les appels illimités vers les mobiles à partir de sa ligne fixe via la box internet. Néanmoins, si Ideo a permis à bien des Français de réduire leur facture fixe, les appels illimités vers les mobiles ont aussi rimé avec des forfaits internet plus onéreux.

freebox revolution V6 TVA

Freebox Révolution, Neufbox Evolution (sortie fin 2010), future Bbox (janvier 2012)… le marché des FAI est passé en un an d’offres uniques et simples à une différenciation des services, des boitiers et donc des tarifs. Et cette tendance a toutes les chances d’être confortée dans le futur.

Il n’empêche que le lancement de la Freebox Révolution a été bénéfique pour Free. Ce dernier a en effet vécu des années 2009 et 2010 très difficiles en terme de recrutement, au contraire de Bouygues Télécom (Bbox) et SFR, qui ont dominé les débats. Mais en 2011, tout a changé. Si Bouygues est resté un acteur dynamique, Free a retrouvé d’excellents niveaux de recrutement. SFR, lui, a vécu une année famélique, tandis qu’Orange fait plus que résister.

La fibre optique : quelle fibre optique ?

Le couac 2011 dans le secteur d’Internet, outre l’échec de la Neufbox Evolution par rapport à la Freebox Révolution, est sans doute possible la fibre optique. C’est d’ailleurs aussi le couac 2010, 2009, etc. Avec seulement 57 000 nouveaux abonnés FTTH lors des trois premiers trimestres 2011, tous FAI confondus, contre plus d’un million pour l’ADSL, la fibre n’est pas prête de décoller en France. L’année 2012 sera-t-elle la bonne ? C’est ce que nous pensions fin 2010 concernant l’année 2011…

Au final, Orange continue de dominer les autres FAI avec 9,478 millions d’abonnés au 30 septembre 2011, contre 5,012 millions d’abonnés chez SFR, 4,79 millions chez Iliad et 1,119 million chez Bouygues. Ce dernier a donc dépassé le million d’abonnés trois ans après le lancement de l’offre Bbox en octobre 2008. Une belle performance qui lui permet d’égaler Numericable, alors que ce dernier propose des offres internet depuis plus de 10 ans. Mais uniquement sur son réseau câblé ceci dit.

OVH SDSL ADSL VDSL

Enfin, l’année 2011 a aussi celle où OVH est devenu un véritable fournisseur d’accès à internet. Le spécialiste en hébergement vise surtout les connaisseurs et les professionnels, avec des tarifs agressifs et des offres intéressantes comme le SDSL.

Ce qu’il faut attendre en 2012 : l’impact de Free Mobile sur les abonnés internet de Free en cas de (probable) convergence, la nouvelle Bbox, la généralisation des forfaits Premium, l’arrivée de certains MVNO dans le secteur (Virgin Mobile, La Poste, etc.), et des discussions sur une possible limitation des capacités de téléchargement.

Les tablettes tactiles


Hormis l’évolution des OS, les tablettes en 2011 nous ont offert un nombre impressionnant de produits, dont l’énumération demanderait un dossier complet, dès lors que le marché compte des centaines de tablettes différentes. Hormis Nokia, quasiment tous les fabricants d’ordinateurs et de smartphones se sont lancés dans les tablettes cette année.

Sony Tablet S

Certains, ASUS et Sony notamment, ont tenté de sortir du lot en offrant des produits au concept différent. Si pour Sony, il semble, au regard de la récente baisse de prix de sa Tablet S, que cela n'a pas porté ses fruits en terme de ventes, pour ASUS, tout semble indiquer des ventes moins catastrophiques que les autres fabricants.

Néanmoins, de façon globale, les deux informations principales à retenir pour le marché des tablettes tactiles en 2011 sont les suivantes : la confirmation de la domination de l’iPad d’Apple, qui n’a aucunement souffert de la concurrence, et bien sûr l’épisode exceptionnel de la Touchpad de Hewlett-Packard.

Pour Apple, il n’y a pas grand chose à dire. La Pomme a lancé son iPad 2 au même tarif que l’iPad 1, le nombre d’applications dédiées à sa tablette ne cesse d’augmenter, et la concurrence se tire dans les pattes. Cette dernière ne parvient ainsi pas, à tarif égal, à attirer massivement les consommateurs. Les derniers ne sont pas forcément les premiers en informatique. Reste à savoir si l’année 2012 sera équivalente à 2011, ou si, enfin, un produit concurrent arrivera à détrôner le roi Apple. À l’heure actuelle, rien ne semble indiquer que l’iPad descendra de son piédestal.

La performance "historique" de HP

Concernant Hewlett-Packard, la société américaine nous a fait vivre l’une des plus grosses blagues de l’histoire informatique. Imaginez une entreprise lançant en fanfare un produit début juillet, avec des centaines de milliers d’unités fabriquées en usine, s’appuyant sur un OS acheté chèrement un an plus tôt… pour finalement annoncer l’arrêt de sa commercialisation un mois et demi plus tard et la brader à 80 % peu de temps après.

C’est probablement du jamais vu pour un laps de temps si court, et aucun autre fabricant de tablettes n’a encore osé suivre HP aussi loin. Certains, Dell par exemple, ont bien sûr arrêté quelques produits, et d’autres, RIM, Motorola et Sony notamment, ont certes consenti à des ristournes importantes afin de liquider leurs stocks. Mais la performance de HP a toutes les chances de rester inégalée dans le genre, tous produits informatiques confondus.

HP TouchPad

En un sens, HP est donc entré dans l’histoire. Mais pas forcément comme il l’aurait souhaité. Cet épisode a au final coûté sa place au patron de Hewlett-Packard. Il faut dire que ces changements de stratégie ont coûté des millions pour ne pas dire des milliards à la société. Sans compter l’impact de ces décisions sur son image de marque et la chute de confiance des consommateurs…

Ce qu’il faut attendre en 2012 : l’iPad 3, les tablettes sous Android 4, celles sous Windows 8, et peut-être l’arrivée de Nokia sur le marché.

Les réseaux sociaux


S’il y a bien un secteur sur Internet qui a été mouvement cette année, c’est bien celui des réseaux sociaux. Il faut dire que l’arrivée de Google+ a été un électrochoc pour la concurrence, et en particulier pour Facebook. Mais bien d’autres évènements ont ponctué la vie des réseaux sociaux en cette année 2011. Voici les dates clés que nous avons retenues :

19 mai 2011 : LinkedIn, le réseau social pour professionnels, fait son entrée en bourse à 45 $ l’action, pour bondir à 94,25 $ en fin de séance. Depuis, l’action a chuté pour atteindre son apogée en juillet (à 110 $) pour retomber à un peu plus de 60 $ aujourd’hui. Cela a néanmoins permis à la société de lever des centaines de millions de $, qui lui serviront à se renforcer et à enfoncer un peu plus la concurrence, dont le français Viadeo. Notez que LinkedIn compte depuis mars dernier plus de 100 millions d’inscrits et qu’il a devancé MySpace aux USA au milieu de l’année, devenant le plus gros réseau social au pays derrière Facebook et devant Twitter.

Google plus reseau social

28 juin 2011 :
Google lance son réseau social Google+, sur invitation (très large) dans un premier temps, avant de s’ouvrir totalement en septembre dernier. Épuré, sans publicité, sans jeu (avant leur arrivée en août), rapide, simple, avec un système de notification bien supérieur à la concurrence et ses fameux cercles, G+ est doté de nombreuses qualités même s'il est très loin d’être parfait et affiche certains manques. Mais il attire, surtout la communauté geek, ce qui a une conséquence directe sur le niveau des discussions que l'on y trouve. Cette date du 28 juin 2011 a certainement eu un impact immédiat dans la stratégie de Facebook.

Facebook s'adapte à G+

6 juillet 2011 : quelques jours à peine après le lancement de G+ et de son fameux Hangout (bulles en français), Facebook annonce un partenariat avec Skype afin d’intégrer la vidéo dans son chat. Ce n’est pas forcément la date la plus importante pour le réseau social de Mark Zuckerberg en 2011, mais il s’agit de la plus symbolique. S’il est certain qu’un tel partenariat était prévu de longue date, il est plus que probable que son officialisation a été avancée du fait de l’existence même de Google+.

Dès lors, Facebook multiplie les contre-attaques à G+, tout en réalisant d’importantes modifications. Le mois suivant arrive une barre à droite affichant diverses informations (les commentaires, les j’aime, etc.), où il est possible d’interagir sans quitter sa fenêtre à l’instar d’un certain… G+. Quelques semaines plus tard, fin août, Facebook annonce plusieurs modifications quant à la gestion de son profil et de partage d’information. Et là encore, l’influence de G+ est évidente. Moins de trois semaines plus tard, mi-septembre, Facebook lance les abonnements afin de permettre aux utilisateurs de voir les messages d’une personne sans être ami. Le rapport avec G+ (et Twitter) est là encore flagrant.

Quelques jours plus tard, le 22 septembre 2011, Facebook passe un nouveau cap avec de multiples annonces : Timeline, dont la généralisation à tous les comptes n’est pas encore terminée, partenariat avec des sites de streaming audio et vidéo, de nouveaux verbes autre que « j’aime », etc. Tout n’est pas encore en place, et l’impact sur les utilisateurs, mais aussi sur les partenaires et les finances de Facebook, reste encore à analyser. Mais jamais Facebook n’a connu de tels bouleversements en si peu de mois…

Timeline Facebook Application Android 3.2.1

La monétisation de Twitter

28 juillet 2011 : Twitter annonce l’arrivée des tweets sponsorisés. C’est encore loin d'être aussi intrusif que d'autres services, mais la monétisation du site vient de passer un cap, et le futur ira en ce sens, avec notamment les comptes sponsorisés et même les produits sponsorisés. Et ce n’est probablement pas terminé. Notons que l’autre date importante pour Twitter est le mois de mai 2011, date du rachat de TweetDeck.

Globalement, l’été 2011 a été extraordinaire pour le monde des réseaux sociaux. Et cette année  sera assurément mouvementée.

Ce qu'il faut attendre en 2012 : outre l’introduction en bourse de Facebook, qui a toutes les chances d’être historique et d’atteindre des sommets, il faudra analyser de près sa monétisation (tout comme celle de Twitter) et la façon dont ses utilisateurs appréhenderont Timeline. L’évolution de G+ sera aussi à suivre de près, que ce soit sur les nouvelles fonctionnalités, ses rapprochements avec les autres services de Google, mais aussi une possible monétisation du site, inexistante pour l’instant. L'expansion internationale du Français Viadeo pour contrer LinkedIn doit aussi être surveillée.
Publiée le 04/01/2012 à 16:13
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité