L'UFC juge Orange Open anticoncurrentiel, l'Autorité de la concurrence saisie

Open un peu trop closed ? 13
L’UFC-Que Choisir s’attaque à l’offre quadruple-play Open d’Orange et annonce avoir saisi l’Autorité de la concurrence. En cause : la reconduite de l’engagement sur l’offre fixe dès lors que l’abonné fait évoluer son offre mobile, et l’impossibilité de diviser les offres fixes et mobiles lors de la résiliation.

Orange Open

Pour l’association des consommateurs, les différentes modalités commerciales d’Orange Open impliquent « que les consommateurs se trouvent verrouillés dans la durée et que leurs coûts de sortie augmentent très fortement. Cela limite corrélativement leur possibilité de rejoindre un autre opérateur plus performant ou innovant, restreignant, dès lors, le jeu concurrentiel. »

L’UFC estime donc que cela fausse le marché et est une entrave complète à la concurrence. L’association française rappelle d’ailleurs qu’un nouvel entrant doit voir le jour d’ici peu, et que la période est donc plus propice à une concurrence saine que l’inverse.

L’Autorité de la concurrence a donc été saisie par l’association afin qu’elle prenne « des mesures visant à mettre un terme à ces pratiques préjudiciables pour les consommateurs et éviter tout abus de position dominante de la part d’Orange ».

Le cas Open déjà abordé

Cette attaque envers Open d’Orange n’est pas nouvelle. Peu après son lancement en août 2010, SFR et Free n’avaient pas caché leur aversion à ce forfait, alors que les offres concurrentes (Ideo de Bouygues et Pack Absolu de SFR) n’emprisonnent pas l’abonné comme le fait Orange. Enfin, en octobre 2010, nous apprenions que l’Autorité de la concurrence ouvrait une enquête préliminaire sur le sujet afin vérifier si l’offre était bien anticoncurrentielle ou non.

Quelques mois plus tôt, en juin 2010, cette même Autorité permettait à Orange de croiser ses abonnés et donc de lancer des offres quadriplay, action que se refusait Orange jusqu’alors, de peur d’être justement critiqué à ce sujet. Néanmoins, l’Autorité précisait parfaitement que « la mise sur le marché d'offres de convergence par Orange présente des risques pour la concurrence, notamment tant que la situation restera bloquée sur le marché mobile : elle mérite une attention au cas par cas ».

Quelle a été la conclusion de l’Autorité suite à son enquête préliminaire de 2010 ? Nous avons contacté l’Autorité en ce sens, qui n’a pu nous fournir immédiatement une réponse. Nous mettrons à jour cet article lorsque de nouveaux éléments nous seront communiqués.
Publiée le 04/01/2012 à 14:52
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité