Piratage : le gouvernement US dresse sa liste des sites à problèmes

TPB, MU, Demonoid, IsoHunt, TV Ants, etc. 46
Le représentant américain au commerce, plus connu sous le sigle USTR (United States Trade Representative), a dressé il y a peu une liste de sites et services web responsables de contrefaçon et de « piratage » des produits américains, tous types confondus. Et la liste, qui vise surtout les sites étrangers, n’est guère surprenante. De quoi compléter la liste de la RIAA présentée le mois dernier.

MegaUpload
MegaUpload, site frère de MegaVideo, est cité par l'USTR.

Que retrouve-t-on précisément du côté des sites et services pointés du doigt pour leur importance dans le partage illégal de fichiers ?
  • Les clones du site russe Allofmp3 : spécialisé dans la vente à très bas prix de MP3, sans reverser quoi que ce soit aux ayants droit, Allofmp3 a d’abord été inquiété en 2005 par les autorités russes. Le site a ensuite été attaqué par d’autres pays (USA, UK, etc.) en 2006 et 2007, pour finalement fermer mi-2007, pour rouvrir peu après, pour fermer de nouveau et définitivement en 2008. Mais de nombreux clones ont été créés par la suite, certains ressemblant à des sites totalement légaux.
     
  • Deux sites chinois : Sogou MP3 et Gougou. Spécialisés dans le téléchargement et le streaming de MP3 pour le premier (accessible partout) et dans le téléchargement et lien torrent pour le second, qui limite pour sa part son usage aux internautes domiciliés en Chine.
     
  • Cinq sites/services de P2P : The Pirate Bay, IsoHunt, Btjunkie, Kat.ph (kickasstorrents) et Torrentz.eu (torrentz.com).
L’USTR insiste lourdement sur le succès de ces sites, se basant sur leur classement dans Alexa. The Pirate Bay étant dans le top 100 monde (et USA), IsoHunt le top 300 monde et top 600 USA, Btkunkie dans le top 500 monde et USA, Torrentz.eu dans le top 150 monde et Kat.ph le top 320. Et systématiquement, l’USTR précise où sont basés ces sites (Suède, Canada, Pays-Bas, Ukraine, Suisse, etc.).
  • Trois trackers : Rutracker, Demonoid et Zamunda.
Ces trois sites de l’est (Russie, Ukraine et Bulgarie) sont là encore pointés du doigt par le Représentant du fait de leur succès très important. Les deux premiers figurent en effet dans le top 300 Monde ou USA, et le dernier est l’un des sites les plus visités de Bulgarie.
  • vKontakte : le Facebook russe est peu apprécié de l’USTR. Il faut dire que le réseau social connaît un immense succès en Russie et qu’il est à l’origine du visionnage massif de vidéos sous copyright.
     
  • MegaUpload : sans surprise, le site de téléchargement direct, l’un des plus visités au monde, fait parti de la liste.
     
  • Putlocker : site britannique proposant streaming et téléchargement direct de vidéo et connaissant un certain succès outre-Manche.
     
  • Warez-bb : forum où s’échangent de nombreux liens, comme il en existe tant sur la toile. L’USTR remarque qu’on peut y trouver des albums musicaux avant leurs sorties officielles et que les efforts réalisés pour supprimer les liens de ce forum ont été annihilés par un remplacement rapide des liens incriminés.
     
  • TV Ants : le fameux logiciel chinois permettant de visionner du contenu TV en direct, l’ennemi n°1 des chaînes payantes.
Enfin, l’USTR liste une quinzaine d’endroits physiques où s’échangent divers produits, notamment des DVD, des CD et des logiciels piratés. De la Chine à l’Argentine, en passant par l’Inde, l’Indonésie, l’Équateur, le Paraguay, l’Ukraine, la Colombie, la Thaïlande, le Pakistan et le Mexique, de nombreux pays sont concernés.

Concernant les sites et services internet, le représentant américain au commerce précise parfois les actions qui ont été réalisées contre eux par les ayants droit, la justice ou les gouvernements locaux ou étrangers. L’arrêt de l’administrateur de Demonoid est notamment cité.

Attention, l’USTR n’affirme pas que l’intégralité des sites ci-dessus sont illégaux. Il note même parfois les efforts réalisés par certains pour supprimer les fichiers contrevenants au droit d'auteur. Néanmoins, leur présence même dans cette liste montre qu’ils posent un réel problème aux États-Unis. Ces derniers « exhortent les autorités responsables dans les juridictions concernées à intensifier leurs efforts pour enquêter sur les états de la piraterie et de la contrefaçon dans ces marchés » note d'ailleurs le document. L'USTR rajoute que sa liste est non exhaustive. Cela explique donc l'absence de certains sites et services majeurs.

Notez qu’aucun site français n’a été listé par l’USTR.

Reste à savoir si les sites et services ci-dessus seront les premiers visés si la loi SOPA venait à passer au Congrès…

Cette vidéo a été reprise sur la page d’accueil de The Pirate Bay.
Publiée le 22/12/2011 à 06:06 - Source : Torrent Freak
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité