S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

iTunes Match ? « Un pousse-au-crime » selon l’UFC-Que Choisir

Et une licence légale privée

Lors du colloque de Cyberlex, Édouard Barreiro a exprimé ses interrogations si ce n’est son malaise sur les services Cloud. En substance, le Directeur Adjoint du département Etudes de l'UFC Que Choisir soulignera que jusqu’à présent, la situation était simple « si ce n’est simpliste » : on avait deux mondes, le monde du marché et du hors marché. Le cloud brouille aujourd'hui l'analyse et suscite même de vives critiques lorsqu'il prend la forme d'iTunes Match.

itunes match

Sur le marché du payant, l’UFC a toujours dénoncé les gros dysfonctionnements et milite encore et toujours pour l’accès le plus vaste aux catalogues, par exemple avec un système de licence comme pour les radios. L’idée ? « Éviter des situations comme celle d’Universal qui attaque Deezer pour contrefaçon car ils ne s’entendent pas sur un point du contrat ».

Sur le hors marché, l’UFC estime qu’il demeure la pépinière pour de nouvelles formules. En tête ? Encore et toujours, la licence globale pour légaliser une pratique devenue massive et dégager des revenus pour les artistes.

Le nuage du cloud

Les relations entre ces deux bornes n’étaient pas nécessairement infructueses. « Nous avons la conviction que le marché et le hors marché se disciplinent l’un à l’autre ». D’un côté, « on consomme toujours plus de culture qu’on est capable d’en payer » et il y a la copie privée. De l’autre, « il y a un point de concurrence. Chaque fois qu’un contenu n’est pas disponible dans des conditions satisfaisantes, le consommateur se reporte sur hors marché ».

L’exemple type ? « Les DRM qui ont poussé les consommateurs vers ‘le piratage’ », à l’instar de l’univers du jeu vidéo. Mais « le hors marché stimule aussi la concurrence et oblige à innover. Par exemple, le report massif des utilisateurs sur des usages type Spotify. Ce n’est pas la volonté d’être vertueux mais parce qu’on peut avoir une application sur son téléphone qui facilite les usages. »

Dans cet univers binaire, le cloud vient compliquer le paysage, estime Édouard Barreiro. Cette brume tient à la diversité des propositions et à leurs valeurs juridiques et économiques.

L’offre Apple, par exemple, inquiète l’UFC-Que Choisir. « Pour moi l’offre iTunes Match est un pousse au crime, considère Edouard Barreiro. C’est quelque chose qui incite massivement à télécharger illégalement. » Pourquoi ? « Il blanchit les morceaux téléchargés illégalement et revient ainsi à une licence globale privée ». Une analyse que rejette le SNEP qui ne voit dans iTunes Match aucune problématique juridique.

La même prestation que sur Deezer, trois fois moins chère

Autre chose, « iTunes Match n’est pas un catalogue de musique où vous cliquez sur ce que vous voulez écouter. La seule chose qu’on pourra écouter, c’est ce que vous téléchargez. C’est 2,5 dollars par mois. L’équivalent chez Deezer d’un catalogue où l’on clique ? C’est 9 euros. Le calcul est vite fait ! Je télécharge illégalement, je bascule tout sur iTunes et j’ai la même prestation que sur Deezer sauf que je paye trois fois moins cher. »

Lors de ce colloque, l’UFC soulignera aussi la problématique de la rémunération des artistes dans ces solutions sans oublier celle de la diversité culturelle face à des stratégies d’entreprises. « Quand les maisons de disque mettent tout leur catalogue entre les mains d’iTunes, société américaine, est-ce que les artistes vont être suffisamment valorisés ? »

Enfin, avec la monopolisation des contenus, se posera aussi des questions liées à la saine concurrence entre les plateformes. Comment une petite entreprise française aura accès au catalogue Universal quand elle sera nez-à-nez avec Google ou Apple ? « Si tous les contenus sont entre les mains de ces deux acteurs, le consommateur va lui-même être à la merci de ces deux acteurs, avec demain soit des téléphones Android soit iOS puisque leurs concepteurs seront les seuls à pouvoir payer tout ce qui est protégé par le droit d’auteur. »
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 07/12/2011 à 18:02

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;