Cyanogen : déjà des préversions Android 4.0 pour Nexus S et Galaxy S

Sauveur des téléphones abandonnés 62
Android permet à des constructeurs de lancer facilement des smartphones, mais de nombreux modèles n’ont aucune garantie d’évolution quand pointe une nouvelle version du système. L'arrivée d’Android 4.0, alias Ice Cream Sandwich (ICS), ne fait pas exception et l’utilisateur doit souvent chercher l’information par lui-même pour savoir s’il aura droit ou pas à la mise à jour. Ce qui explique le succès de Cyanogen, une version non officielle d’Android pour des téléphones « laissés pour compte ». Et le travail avance bien puisque des préversions ICS sont déjà disponibles.

Samsung Smartphone Galaxy S

Cyanogen à la rescousse

Cyanogen est devenu particulièrement connu dans le paysage Android où les smartphones peuvent ne pas se voir accorder la mise à jour si leur équipement est déclaré en-deçà d’un certain seuil. L’objectif de ce « mod » est donc de proposer aux utilisateurs de « vieux » androphones la version la plus récente du système. Or, les attentes sont particulièrement vives depuis que Google a publié le code source d’ICS, et les premières builds de nouveau Cyanogen débarquent en conséquence.

Ces builds n’ont rien de finalisé : ce sont des moutures alpha et bêta. Elles permettent toutefois de suivre plus précisément l’état d’avancement du projet. Il s’agit pour rappel pour de Cyanogen 9 dont l’objectif est de proposer Android 4.0 à un maximum de téléphones. La version 7.X actuelle est dédiée aux smartphones et tablettes sous Gingerbread (Android 2.3) tandis que la version 8 n’a jamais vraiment existé puisque Google avait refusé de publier le code source d’Honeycomb (Android 3.0).

Les Nexus S et Galaxy S déjà concernés

Le CyanogenMod 9 est donc disponible, mais dans des versions non finalisées et les intéressés devront se préparer à rencontrer des problèmes. Pour le Nexus S de Samsung, les développeurs en sont à l’alpha 11 mais il faut rappeler que ce smartphone disposera dans tous les cas de la mise à jour officielle vers Android 4.0. Le Galaxy S n’a pas reçu encore de confirmation pour sa mise à jour officielle ou non, mais les utilisateurs ont maintenant la certitude qu’ils pourront avoir ICS puisque Cyanogen met déjà à disposition une bêta.

Le véritable apport de Cyanogen est d’uniformiser un parc de smartphones dans lequel la décision du constructeur fait pour beaucoup dans le suivi des modèles. Ainsi, le Galaxy S est encore considéré comme un téléphone relativement puissant avec un processeur 1 GHz et 512 Mo de mémoire vive. Mais la vérité est simple : Samsung n’a rien à gagner à publier une mise à jour pour autant de téléphones que possibles.

Cyanogen ne peut compenser une véritable politique de suivi

Chaque constructeur est en effet plus ou moins libre d’utiliser Android à sa manière. Cela a permis la création de surcouches graphiques complémentaires, chaque fabricant livrant sa version de ce que doit être une interface. Certaines sont particulièrement réussies, comme Sense de HTC, mais toutes réclament une adaptation à chaque nouvelle version d’Android. Le constructeur doit donc travailler sur une mise à jour et l’entourer d’un nouveau support alors même que ce travail ne provoque aucune nouvelle rentrée d’argent.

On touche ici justement à ce qui peut être le principal problème pour Cyanogen : les développeurs travaillent avec Android lui-même, et non sur les surcouches graphiques. Les utilisateurs intéressés par le mod doivent donc prévoir un retour à la véritable interface d’Android et donc une cassure dans les habitudes. Mais les nouveautés d’Android 4.0 devraient être un moteur suffisant pour beaucoup.

Reste que la grande majorité des utilisateurs ignore probablement l'existence de Cyanogen car le mod reste dans la catégorie « bidouilles » que le grand public connaît peu. 
Publiée le 29/11/2011 à 09:55 - Source : CNet
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité