Disques durs : l'Europe autorise le rachat d'Hitachi par Western Digital

Mais sous certaines conditions 14
Le n°1 mondial Western Digital a en mars dernier racheté la division disques durs d’Hitachi pour 4,3 milliards de dollars. Mais cette acquisition doit d’abord être validée par les principales autorités du globe. La Commission européenne vient ainsi de donner son aval. Mais la concentration récente du marché a poussé la Commission à imposer ses conditions.

G-DRIVE slim Hitachi

Comptant une petite dizaine d’acteurs il y a encore quelques années, le marché du disque dur est aujourd’hui dominé par deux sociétés, Western Digital et Seagate, suivies par le Japonais Toshiba. Il faut dire que Samsung appartient désormais à Seagate et que ce dernier a croqué Maxtor en 2005.

Cette concentration est un risque évident pour le bon fonctionnement de la concurrence. La Commission européenne a ainsi décidé de forcer Western Digital de céder certains de ses actifs. La firme américaine devra notamment vendre une usine de production.

La concurrence doit être protégée

« Les lecteurs de disques durs sont des composants essentiels des ordinateurs et d'autres appareils électroniques perfectionnés, car ils servent, dans l'économie numérique, à stocker une masse croissante de données » a ainsi rappelé déclaré Joaquín Almunia, vice président de la Commission chargé de la politique de concurrence. « La cession envisagée garantira le rétablissement complet de la concurrence dans ce secteur avant l'entrée en vigueur de la concentration. »

Outre la cession de cette usine, WD devra transférer certains droits de propriété intellectuelle utilisés par l'activité cédée, ainsi que les licences pour ces mêmes droits. L’acquisition de la division disque dur d’Hitachi ne pourra prendre effet que si Western Digital réalise les demandes de la Commission et si cette dernière approuve l’acquéreur de l’usine de Western Digital.

Ce rachat ne sera donc pas totalement validé avant encore un long moment. Ces précautions de la part de la Commission sont néanmoins logiques, dès lors que Western Digital est n°1 mondial et que cette acquisition lui permettra d’occuper entre 40 et 50 % du marché dans certains pays. Son pouvoir de négociation n’en sera ainsi que plus grand, pour tous les risques que cela implique.

La crise thaïlandaise touche particulièrement WD... et Hitachi

Notez enfin que selon le PDG de Seagate, le marché a toutes les chances de ne retrouver son rythme de croisière qu’en fin d’année 2012, et non au début comme certains l’annonçaient dans un premier temps. L'inflation n'est ainsi pas prête de s'arrêter...

La crise en Thaïlande, où une partie non négligeable de la production mondiale de disques durs est concentrée, dure plus que prévue, que ce soit du fait des inondations ou des problèmes sociaux. Rajoutez que l’usine la plus importante d’Hitachi se situe en Thaïlande. La production du groupe WD n’est donc pas prête de retrouver ses anciens niveaux. Aux fabricants de SSD d’en profiter.
Publiée le 23/11/2011 à 18:28
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité