S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

OpenSUSE 12.1 permet de créer son propre cloud chez soi

La grande valse des mises à jour

opensuse La distribution OpenSUSE revient dans une version 12.1 qui se distingue particulièrement par une vaste mise à jour de ces composants. Disponible notamment en version GNOME, elle a notamment basculé sur la version 3.2 de l’environnement de bureau.

L’une des plus grandes nouveautés d’OpenSUSE est donc son passage à GNOME 3.2. Nous avons abordé dans une précédente actualité la longue liste des améliorations de cette mouture. On retiendra particulièrement des notifications beaucoup plus claires, une meilleure gestion des écrans multiples, un thème graphique plus « léché » dans les détails ou encore une gestion centralisée des comptes internet divers. Cela n’empêche pas OpenSUSE de proposer bien sûr des déclinaisons KDE, XFCE et LXDE de la distribution avec les dernières révisions de ces environnements.

La version KDE d’ailleurs, qui reste celle par défaut, se distingue par quelques ajouts et remplacements importants. On trouve tout d’abord la version 4.7 du Plasma Desktop, accompagnée d’une nouvelle gestion des couleurs basée sur KolorManager et Oyranos. En outre, le gestionnaire de paquets KPackageKit est remplacé par Appler, qui est en fait une version plus récente du premier.

OpenSUSE ouvre également les portes en grand au cloud computing. Premièrement, la nouvelle version 12.1 peut directement fonctionner sur l’architecture EC2 d’Amazon. Deuxièmement, la distribution peut être utilisée comme système hôte via différents moyens : Xen 4.1, KVM et VirtualBox. Enfin, OpenSUSE intègre OwnCloud qui permet de créer, comme son nom l’indique, son propre cloud chez soi.

Sur le versant plus technique du système, les développeurs annoncent qu’OpenSUSE peut désormais tirer parti de la fonctionnalité de prise de snapshots issue du prochain système de fichiers btrfs. Pour la gestion et l’utilisation de ces instantanés, OpenSUSE fournit l’outil Snapper, qui permettra donc de naviguer entre les vieilles versions des fichiers pour les restaurer si besoin.

Comme Fedora, avec qui l’équipe d’OpenSUSE a d’ailleurs travaillé, le système se base désormais sur systemd pour démarrer, avec côté utilisateur un bénéfice sur le temps nécessaire. Côté développement, les utilisateurs pourront utiliser le langage Go de Google, l’outil de compilation LLVM3, clang et GCC 4.6.2.

OpenSUSE 12.1 peut être téléchargé depuis son site officiel.

Source : OpenSUSE
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 18/11/2011 à 14:11

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;