Le canal YouTube de Sesame Street piraté : place au porno

Elmo est parti en hurlant 206
Sesame Street est aux États-Unis l’une des émissions les plus populaires. Éternelle demeure de la marionnette Elmo, il s’agit d’un contenu éducatif ayant vu la participation de nombreuses personnalités. Sesame Street possède son propre canal YouTube que les enfants peuvent consulter. Mais un pirate a attaqué ce canal hier pour le remplacer par un contenu de son choix et totalement inadapté au jeune auditoire.

Sesame Street, dans toute sa splendeur, c’est ceci :


Hier, pendant une vingtaine de minutes, le canal de l’émission sur YouTube a ressemblé à cela (crédits : Sophos) :

sesame street 

Dans la journée d’hier, un pirate s’en est donc pris au canal officiel de Sesame Street. Il en a supprimé toutes les vidéos qui étaient disponibles pour les remplacer par du contenu pornographique. 22 minutes précisément après le début du piratage, Google a bloqué tout le contenu et a coupé l’accès au canal de Sesame Street.

Selon The Next Web, le nom du compte derrière Sesame Street avait été changé pour MrEdxwx. Sur le page de ce dernier cependant, on trouve une vidéo affichant pendant quelques secondes un message déclarant qu’il n’est pas à l’origine du piratage. Son profil est au moment où nous écrivons ces lignes rempli de plus 1600 commentaires, dont une très grande partie sont particulièrement virulents ou effacés.

Bien que victime, l’émission Sesame Street a publié sur sa page Facebook un mot d’excuse, expliquant que la chaine YouTube avait été compromise. Un travail est également en cours pour restaurer l’intégralité de l’ancien contenu. Il y a en fait de fortes chances pour que le mot de passe choisi par la production ait été trop faible pour résister aux tentatives.
Publiée le 17/10/2011 à 12:42 - Source : Sophos
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité