S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : qui rentrera dans les livres d'histoire de l'informatique ?

Teuf ?

Non, nous n’allons pas consacrer l’intégralité de cet édito à Steve Jobs. Tout ou presque a déjà été dit sur lui ces derniers jours. Il est d'ailleurs peu opportun d’en rajouter. Néanmoins, il est possible de rebondir sur le sujet, au regard de toutes les réactions incroyables que vous avez tous remarqué après le décès du co-fondateur d’Apple. Les superlatifs n’ont logiquement pas manqué. Et si notre précédent édito a en partie été confirmé, nous proposons plutôt de revenir sur un sujet rarement abordé : les icônes dans l’informatique, et leur importance dans l’histoire de l’informatique.

Steve Jobs Bill Gates

Pour être une icône, il ne faut pas forcément inventer quelque chose. C’est une possibilité, mais pas une nécessité. Il faut par contre la démocratiser, et mieux encore faire savoir que l’on en est le père ou la mère. Ou en tout cas le faire croire quand on a racheté voire volé l’invention, le produit ou le concept. L’histoire, et pas que de l’informatique, est rempli de ce type de scénarios.

Et à ce titre, Steve Jobs peut être cité comme l’une des icônes de l’informatique de ces dernières années. Bien que rien n’assure que dans le futur, il le restera pour le grand public. Ce dernier retiendra surtout l’iPod, l’iPhone, l’iPad voire les derniers Mac. Les connaisseurs, eux, feront plutôt références aux années 80.

Mais sans remonter à Alan Turing, ou même à Blaise Pascal ou Jacquard, on peut se demander sérieusement si le domaine de l’informatique dispose de véritables icônes, surtout aux yeux du grand public. Il n’est pas certain du tout que Steve Jobs atteigne ce rang. Nos petits enfants nous le diront. Mais il est probable que les gens retiendront surtout la marque (si elle perdure), et non l’un de ses fondateurs. Et la logique est la même pour Bill Gates.

Quand on y pense, seuls les initiés retiennent vraiment les noms. Et à moins d’être un inventeur du calibre de Leonard de Vinci ou de Gutenberg, pour être une icône, la meilleure façon reste d’intégrer les livres d’Histoire. Or l’informatique est encore bien récente pour que l’on parle d’Histoire avec un grand h. En tout cas, pas au point d’être étudié dans toutes les écoles au collège ou au lycée.

Mais imaginons, nous sommes en l’an 2070, et l’histoire de l’informatique et d’internet est étudiée dans toutes les écoles. Quelles seront les personnalités qui seront retenues par les historiens ? Voici une première liste d’inventeurs ou de « démocratiseurs », que vous pouvez bien sûr compléter :

Bill Gates : pour avoir imposé son OS Windows dans plus de 90 % des foyers et par conséquent imprimé une marque évidente dans l’essor des micro-ordinateurs. Peu importe les méthodes utilisées pour y arriver, ce constat peut lui permettre d’intégrer des livres d’histoire.

Steve Jobs : pour ses multiples influences à la fin des années 70 et au début des années 80, avec Steve Wozniak les premières années, avec les lancements des différents ordinateurs Apple et Mac. Steve Jobs et son équipe a de plus démocratisé ce qui était auparavant des marchés de niche, comme le baladeur numérique, le smartphone et la tablette.

Tim Berners-Lee : aujourd’hui, internet et les produits informatiques sont intimement liés. S’il n’a pas inventé Internet, il est par contre à l’origine du Web, ce qui pour le grand public revient à la même chose, dès lors que c’est le Web qui a permis au réseau de se démocratiser.

Ken Thompson : à l’origine d’UNIX, son influence sur les autres sociétés est évidente, tant UNIX a servi de base à des OS bien connus, notamment du côté d’Apple.

Linus Torvalds
Source : Wikipédia.

Linus Torvalds : inconnu du grand public, Torvalds (photo ci-dessus) deviendra peut-être une icône dans quelques dizaines d’années, surtout si Thompson venait à être cité. À l’origine du noyau Linux, l’œuvre Torvalds et ses dérivés sont aujourd’hui présents dans des centaines de millions de produits et ordinateurs à travers le monde.

Richard Stallman : quitte à ce que les livres d’Histoires citent Thompson et Torvalds, autant qu’ils continuent en enchainant avec Stallman, dès lors que tout est lié. Fondateur du projet GNU et de la GPL, ses œuvres ont déjà une importance non négligeable, et cela ne devrait pas s’arrêter de si tôt.

Dennis Ritchie : pour avoir participé au développement d’Unix, mais surtout pour avoir inventé le langage C. Si Thompson devait être cité, Ritchie ne serait forcément pas loin.

Douglas Engelbart : pour avoir inventé la souris dès les années 60, ainsi que pour ses développements sur l'hypertexte et les interfaces graphiques (GUI). Sans Engelbart, il est probable que certains noms visibles ci-dessus ne seraient même pas cités, tant leurs travaux ou leur émergences découlent des oeuvres d'Engelbart.

Clive Sinclair : peu d’entre vous devez connaître cet homme, et pourtant, il marqua l’histoire au début des années 80 en lançant un ordinateur (le ZX80) à prix cassé. Une véritable claque à l’époque, alors qu’un ordinateur était encore réservé aux très riches. Une certaine catégorie de la population a ainsi pu accéder à la micro-informatique. Outre l’informatique, Sinclair pourrait aussi être cité dans les livres d’Histoire pour avoir tenté dans les années 80 de lancer un petit véhicule électrique. Il avait juste quelques dizaines d’années d’avance sur son temps.

Grace Hopper

Grace Hopper : cette femme (photo ci-dessus) n’est pas une inconnue sur PCINpact, puisque nous l’avons déjà citée dans notre édito sur les femmes qui ont marqué l’histoire de l’informatique. Il faut dire qu’elle est à l’origine d’un certain langage nommé COBOL et inventé en 1959, encore utilisé aujourd’hui. Elle a de plus développé le premier compilateur en 1951, a travaillé sur les ordinateurs Harvard Mark I, II et III et enfin, elle est à l’origine du mot « bug ».

Gordon Moore : très connu des initiés pour avoir inventé la fameuse loi de Moore, il est aussi le co-fondateur d'Intel, dont l'importance dans le secteur informatique est évident.

Bill Joy : pour son importance dans BSD, Sun Microsystems, Java, etc. Son nom devrait logiquement être accompagné de celui de James Gosling, qui a aussi travaillé sur le langage de programmation Java.

Adam Osborne : pour avoir lancé en 1981 l’Osborne 1, un ordinateur portable de… 12kg. Disons plutôt un transportable pour personne musclée. Quand bien même, son tarif à l’époque était loin d’être abusif. Aujourd’hui, il se vend bien plus de portables que d’ordinateurs de bureau. Mais ce ne sont pas des Osborne.

Et vous, si vous ne deviez retenir qu’un seul nom, qu’il soit parmi cette liste ou non, quel serait-il ? Personnellement, j’hésite beaucoup encore Grace Hopper, Douglas Engelbart et Tim Berners-Lee.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 08/10/2011 à 08:08

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;