"À propos de la loi Hadopi" de François Hollande a disparu (MàJ)

Là où il promettait l'abrogation 173
Mise à jour 17h11 : Vincent Feltesse, responsable de la campagne web de François Hollande a expliqué sur Twitter la cause de cette disparition. « Aucune page retirée sur Hadopi. Juste nouveau site en juillet et pas de migration systématique des contenus ». Sur le Monde, qui reprend notre constat, le même personnage souligne cette fois « on a fait une migration du site cet été et [la page] a été retirée à ce moment-là ».

Retirée ou pas, la page en question n'est toujours pas de retour sur le site de François Hollande.

Première diffusion 9h11 : Curieusement, alors qu'il vient de jurer aux cinéastes qu'il
conserverait Hadopi, la page où François Hollande promettait d’ « abroger le dispositif Hadopi » a disparu du site officiel http://francoishollande.fr.

En se rendant sur l’URL http://francoishollande.fr/03062011/propos-de-la-loi-hadopi on tombe sur un sombre message : « Page non trouvée La page demandée n'a pas pu être trouvée. »

à propos de la loi Hadopi François Hollande

La requête « hadopi site: francoishollande.fr/ » n'est pas plus bavarde et ne génère que deux liens sur Google.

Heureusement, on retrouve en miroir sur plusieurs sites cette page évaporée : sur francoishollande20eme.fr ou sur Répondreagauche30.fr ou Répondreàgauche38.fr. À titre conservatoire, en voici une copie JPG et texte.

à propos de la loi Hadopi François Hollande 

À propos de la loi Hadopi

Par François Hollande

La civilisation numérique représente une occasion de garantir l’accès à la culture du plus grand nombre. Elle doit se fonder sur un principe essentiel : la liberté. Liberté des créateurs comme celle des internautes.

J’ai voté contre Hadopi parce que ce texte, mal préparé, opposait de manière systématique les auteurs, les créateurs et le public. Le mécanisme de contrôle et de pénalisation est inopérant et relève d'une intrusion dans la sphère privée choquante. Il est en plus inefficace puisqu’il ne dégage pas les financements nécessaires aux créateurs.

Je propose une faible redevance couplée à la réorientation de la taxe sur les Fournisseurs d’accès internet (FAI), qui permettra de dégager jusqu’à un milliard d’euros annuels pour rémunérer les droits d’auteurs. Ainsi la liberté ne sera pas entravée tandis que les créateurs percevront une juste rémunération pour leurs créations.

Notre responsabilité en 2012 sera de mettre un terme au plus vite au conflit entre créateurs et internautes en abrogeant le dispositif Hadopi et en le remplaçant par ce nouveau mécanisme qui assurera des financements pérennes au monde de la culture sans entraver le principe de liberté qui doit prévaloir en matière d’accès à la culture sur Internet.
Publiée le 06/10/2011 à 17:13
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité