Galaxy Tab : Apple veut faire maintenir l'interdiction en Australie

La qualité du produit n'est plus qu'un argument parmi d'autres 62
Apple et Samsung sont dans une intense guerre, résultat d’un choc au sujet de plusieurs brevets que l’un et l’autre s’accusent de violer. Apple a remporté pour l’instant plusieurs manches, parvenant à faire bloquer la vente de la Galaxy Tab 10,1 pouces dans plusieurs pays, dont l’Australie. Samsung avait en fin de semaine dernière proposé un marché à Apple, mais la firme de Cupertino vient de refuser.

Samsung Galaxy Tab 10.1

Apple veut maintenant le « status quo »

Samsung avait donc il y a quelques jours proposé une solution à Apple pour en finir avec l’interdiction de la vente de La Galaxy Tab 10,1 pouces en Australie. Une solution simple d’ailleurs : supprimer deux fonctionnalités dont Apple estimait qu’elles violaient pleinement plusieurs de ses brevets. Mais ce n’était évidemment pas la simplicité que voulait Apple mais bien un blocage complet du produit en Australie.

Plus tôt dans la journée, comme le rapporte l’agence Reuters, un avocat d’Apple, Steven Burley, a indiqué à la Cour fédérale de Sidney que l’offre de Samsung « ne contenait aucune base pour un accord ». En conséquence de quoi, l’interdiction devait être maintenue. De plus, l’avocat a enjoint la Cour à se prononcer en faveur d’une infraction réelle aux brevets possédés par Apple sur la technologie multitouch. L’avocat n’a d’ailleurs rien caché de ses objectifs :

« La raison principale pour laquelle nous sommes là est d’empêcher la vente de la tablette Galaxy et de maintenir le status quo »

Samsung ne veut pas laisser passer les fêtes de fin d'année

En réaction, Samsung a indiqué à la Cour que si la situation ne se débloquait pas durant les deux prochaines semaines, l’opportunité de lancer la tablette Galaxy pour les fêtes de fin d’année serait probablement ratée. À partir de là, le constructeur prendrait son temps en 2012 pour régler le problème puisqu’il aurait laissé passer le coche.

Pourquoi ? Parce que la période des fêtes de fin d’année assure une visibilité unique sur l’ensemble de l’année. Ainsi l’avocat de Samsung, Neil Young, a indiqué à la Cour : « Si nous ne pouvons pas trouver une solution d’ici la mi-octobre, il n’y aura pas d’urgence ». Le constructeur considère en effet que si la Galaxy ne peut pas sortir avant la fin de l’année, elle sera « commercialement morte ».

Ce n’est que la dernière bataille en date dans la guerre qui oppose Apple à Samsung depuis que le premier a déclaré que le second copiait ses produits. Mais rien n’est encore joué car la Cour fédérale de Sidney pourrait se prononcer cette semaine sur l’interdiction de la vente, ou plus précisément de son maintien.

Une guerre qui est loin de se terminer

Actuellement, Samsung est impacté par plusieurs décisions équivalentes. Le cas de l’Allemagne est connu puisque c’est bien chez nos voisins d’outre-Rhin que tout a commencé. Entre temps, les Pays-Bas ont suivi avec l’interdiction de plusieurs modèles de smartphones Android. Mais on s’attend surtout à ce que Samsung donne la pleine mesure de ses prérogatives dans le monde des brevets en utilisant les siens pour donner le change à son adversaire.

Ainsi, alors qu’Apple est sur le point de révéler l’iPhone 5, Samsung pourrait viser certains marchés clés pour tenter de faire interdire la vente de certains produits de Cupertino, dont l’iPhone 5 lui-même. S’il y parvient, le constructeur aura réussi à placer au moins un grain de sable dans une mécanique bien huilée et qui permet aux iPhone et iPad d’avoir une parfaite visibilité.

Quoi qu’il en soit, cette guerre juridique n’est pas terminée. Au total, neuf pays sont concernés par des interdictions déjà en place ou en réflexion. C’est notamment le cas de la Californie dont la décision doit intervenir la semaine prochaine.
Publiée le 04/10/2011 à 16:00 - Source : Reuters
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité