S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le kiosque numérique Relay ne veut plus payer la dîme Apple

30% d'économie

Changement de direction pour l’application Relay, le kiosque numérique qui permet d’acheter en ligne journaux et magazines. Avec la nouvelle version du client sur iPad en V3, le lecteur n’a cependant plus aujourd’hui la possibilité de commander ces contenus dans l’application. Il doit désormais se rendre sur le site relay.com pour passer commande.

apple relay.com kiosque numérique

Cette stratégie permet du coup à l’intermédiaire de sauvegarder ses marges, en évitant la dîme Apple. « Cette contrainte nous permet de maintenir la commercialisation de nos deux forfaits sans intermédiaire supplémentaire et donc sans modification de tarifs » explique Relay dans un mail adressé à ses clients.

La plateforme Apple ponctionne en principe un prélèvement de 30 % des revenus générés sur iTunes (« In App purchase »). Ce prélèvement avait provoqué une levée de boucliers dans la presse qui, en quête de rentabilité, l’estime excessive. En juin 2011, sous la pression, Apple revoyait son appétit : il autorise désormais les éditeurs presse à fixer librement le prix des abonnements et surtout à vendre leur nouveau contenu directement depuis leur application, sans passer par l’App Store. C’est ce que fait aujourd’hui Relay.

Quel intérêt de maintenir le kiosque dans ce contexte ? Simple : Relay assure qu’il reste « une vitrine pratique pour suivre toutes les sorties de magazines et vous permettre de naviguer parmi les couvertures et sommaires ».

Contacté, HDS Digital, qui gère le service de téléchargement de Relay.com, nous explique ce choix : « notre modèle économique ne nous permettait pas de laisser une telle somme à Apple qui n’a pas une valeur ajouté à cette hauteur ». Avec des abonnés redirigés de l’application au site, « on est un peu plus maitre de nos faits et gestes ». D’autres acteurs ont malgré tout accepté de laisser ces 30% à Cupertino. « Ce sont notamment les quotidiens en France, mais avec les modèles se basent souvent à l’achat à l’acte. Or, la problématique de paiement récurent est plus difficile à processer. L’avenir dire s’ils arriveront à tenir la distance entre l’audience web et l’audience appli, pour compenser la perte sur les ventes à l’intérieur de l’appli. Nous, on y croit pas trop ».
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 04/10/2011 à 11:48

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;