Android : Samsung aussi va verser des royalties à Microsoft

Et s'impliquer davantage dans les Windows Phone 194
L’annonce du rachat de la division mobile de Motorola par Google a retenti dans le monde de la téléphonie comme un coup de tonnerre. On pensait que la firme se redresserait d’un seul coup face à ses adversaires armée d’un nouveau portefeuille de 17 000 brevets. Pourtant, cela n’a pas empêché Microsoft d’annoncer la signature d’un accord avec Samsung pour obtenir une nouvelle fois des royalties sur les téléphones Android vendus.

samsung omnia W

Samsung, comme HTC

Microsoft a donc annoncé hier la signature d’un accord important qui confirme à la fois que l’offensive sur Android continue tout en balayant bien des rumeurs au sujet de Samsung. On rappellera que le site SamFirmware avait indiqué que le constructeur pouvait abandonner la plateforme Windows Phone 7 dès la fin de l’année prochaine. En l’occurrence, l’information en question ne pouvait pas être plus inexacte.

Selon les termes de l’accord, Samsung s’engage à verser des royalties à Microsoft sur la base des brevets que le géant du logiciel accuse Android de violer. Bien que Microsoft explique dans un billet les termes de cet accord, aucune somme n’est abordée. On rappellera cependant que dans le cas de HTC, la somme est d’environ 5 dollars par smartphone Android vendu selon certaines rumeurs. Si la même somme a été négociée avec Samsung, les seules ventes du Galaxy SII viennent de rapporter 50 millions de dollars à Microsoft.

Android fragilisé

Cet accord fragilise en fait la position d’Android, et ce n’est pas fini. En effet, Microsoft annonce dans son billet qu’un tel accord est également en cours de négociation avec Motorola Mobility qui vient justement d’être racheté par Google, et au prix fort de 12,5 milliards de dollars. Un Google qui se plaint clairement de cette situation, mais Microsoft a une réponse toute prête : « Regardez l’annonce d’aujourd’hui : si des leaders de l’industrie tels que HTC et Samsung peuvent parvenir à de tels accords, cela ne définit-il pas une voie claire à suivre ? ». Il y a fort à parier que Google n’y voit pas là une telle simplicité.

Selon Microsoft toujours, plusieurs opérateurs ont lancé un appel à d’autres constructeurs pour que des accords équivalents se mettent en place. Le but de la manœuvre serait de « nettoyer » le terrain pour que la question des brevets soit réglée. Un appel qui ne peut qu’arranger Microsoft, bien décidé à imposer un prix à un système qui, à l’origine, n’en possède pas. Rappelons à ce sujet que Google avait fortement accusé il y a peu Microsoft, Apple et Oracle notamment de se liguer contre Android.

Florian Mueller, l’auteur bien connu du blog FOSS Patents, analyse la situation d’un œil particulièrement critique sur situation d’Android. Selon lui, Samsung envoie un message fort par la signature de cet accord en reconnaissant de manière implicite « qu'Android a des problèmes de propriété intellectuelle qui doivent être réglés par le paiement de licences. Cela rend également absurde l'idée que Google va pouvoir protéger Android, après l'acquisition de Motorola Mobility ».

Il est possible que Samsung ait cherché à régler au plus vite une situation pour ne pas se battre sur deux fronts en même temps. Car si la question est réglée avec Microsoft, elle reste largement d'actualité avec Apple, les deux sociétés s'affrontant tous couteaux tirés et s'accusant mutuellement de violations diverses de brevets.

Samsung maintenant très impliqué dans Windows Phone

L’accord avec Microsoft n’a pas fait que sceller le montant des royalties puisqu’il a également vaporisé les rumeurs qui voulaient que Samsung abandonne Windows Phone 7 à la fin 2012.

En effet, Samsung est désormais particulièrement impliqué dans le développement du système, ce qui va avoir principalement deux conséquences :
  • Le constructeur va clairement continuer à vendre des smartphones équipés de ce système
  • Une collaboration directe sur le développement de Windows Phone 7 et ses évolutions
Microsoft parle ici de « partenariat approfondi » mais les termes exacts demeurent un mystère. Difficile de ne pas penser à Nokia qui dispose d’un tel partenariat, mais on sait que le Finlandais dispose de droits étendus lui permettant si nécessaire de modifier jusqu’à l’interface du système.
 
Signalons enfin que Samsung se laisse des portes de sortie puisque le constructeur s'implique officiellement dans la nouvelle plateforme open source Tizen dont nous avons parlé hier.
Publiée le 29/09/2011 à 16:37
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité