S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

L'école de l'internet de Niel, Simoncini et Granjon ouvre ses portes

Et il doit y avoir un paquet d'INpactiens

La fameuse école des métiers de l’Internet (EEMI), créée par le trio Xavier Niel (Iliad), Jacques-Antoine Granjon (Vente Privee), et Marc Simoncini (Meetic), a donc ouvert ses portes ce matin à 140 élèves de première année. Arrivera-t-elle à supplanter l’HETIC, qui fête aujourd’hui sa 10ème année ? Tout dépendra des partenariats de l’école et des débouchés offerts aux étudiants.

EEMI Ecole Internet

Selon Stéphanie de Kerdrel, la directrice de l’établissement, l’EEMI, en cas de succès à Paris (au Palais Brongniart), pourrait bien faire des petits. D’autres écoles de l’Internet en France (à Marseille ?), mais aussi à l’étranger ouvriront ainsi leurs portes d’ici deux ou trois ans si la version parisienne confirme.

Pour son lancement, l’école a donc accueilli 140 élèves. Grâce à une prise en charge de 3000 €, chaque élève a payé son année 6500 €, ce qui représente un budget de plus de 900 000 euros pour l’école, hors investissement des fondateurs et des partenaires, et autres sources de revenus.

Dans le futur, l’établissement accueillera jusqu’à 250 étudiants, et les frais seront de 9500 € par élève, soit un total de 2,4 millions d’€ de budget uniquement avec les frais d’inscription.

Les étudiants ont été accueillis aujourd’hui par les trois fondateurs de l’école comme a pu le photographier notre confrère IT Espresso. Le but avoué de cette école est de proposer des formations qui collent aux demandes des start-ups d’aujourd’hui.

« Ce n’est pas que l’école forme mal, c’est qu’elle ne forme pas à tout ce qui vient d’être inventé sur le Web » expliquait ainsi Simoncini il y a trois mois. « Parce que le temps que les écoles intègrent ça, finalement les gens ont appris sur le tas. Or nous, on a souvent du mal à recruter. C’est même le plus grand écueil à la croissance de nos boîtes. » Une vision partagée par Xavier Niel : « On avait des besoins et on ne trouvait pas des gens pour y répondre ».

Cela ne signifie bien entendu pas que Free, Vente-Privée et Meetic recruteront tous les étudiants de l’EEMI. Mais la plupart de ces fondateurs ont aussi des parts dans des dizaines d’autres start-ups. Qui plus est, selon Reuters, Niel, Simoncini et Granjon n’excluent pas de financer les meilleurs projets de leurs étudiants.


Cette vidéo de MediaEtudiant date de février 2011. Certaines informations ont depuis évolué.

Toutes les informations sur les formations fournies par cette école sont disponibles dans notre actualité du 6 juin dernier, et sur son site web. Rendez-vous dans quelques années pour savoir si cet établissement sera un réel succès ou non.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 26/09/2011 à 16:52

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;