Occupy Wall Street : Yahoo!, Twitter et FB accusés de censure

Parano, pression ou auto-censure ? 29
Pour fêter la très bonne santé de l’économie américaine, un mouvement a débuté samedi 17 septembre dernier pour manifester devant Wall Street. Si le mouvement dispose de son propre site Internet (OccupyWallSt.org) ainsi que d'un compte Twitter et une page Facebook, les principaux manifestants comptent bien sûr aussi sur Internet pour communiquer entre eux et rallier de nouveaux compagnons. Sauf que des bugs (officiellement) ou de la censure ont rapidement touché le mouvement. Yahoo!, Facebook et Twitter sont notamment pointés du doigt.


Tout a commencé par l’envoi d’un courriel via Yahoo! Mail où était intégré l’url OccupyWallSt.org. Comme la vidéo ci-dessus le montre, Yahoo! bloquait les emails intégrant cette adresse pour raison « d’activités suspectes ».

Alerté par ses utilisateurs et le site Think Progress, Yahoo! a notamment réagi sur Twitter en annonçant hier que le problème était désormais résolu. Yahoo! en a d’ailleurs profité pour s’excuser et assuré que ce blocage n’était pas intentionnel.

À première vue, il ne s’agissait donc que d’un problème technique, aucunement lié à une forme de censure. Mais dès lors que d’autres réseaux ont eux aussi appliqué pareil blocage, il y a de quoi se poser des questions.

Twitter, justement, a dès ce week-end commencé selon ses utilisateurs a ne plus afficher dans le top tendance mondial (trending) le hashtag #OccupyWallStreet, rapidement remplacé par #TakeWallStreet (lui aussi bloqué) puis par #OurWallStreet.


Révélée dès samedi, notamment par Cinq Novembre, 100gf et Democratic Underground, la nouvelle fait là encore débat. Tout comme pour Yahoo!, en aucun cas il n’y a de preuve que Twitter a censuré volontairement ces hashtags. Néanmoins, cumulé à l’histoire de Yahoo!, le hasard semble bizarrement bien faire les choses.

D’autant plus quand Facebook se rajoute à la liste. Plusieurs personnes sur Twitter se sont ainsi plaintes qu’elles ne pouvaient publier de messages sur Facebook en rapport avec les manifestations de Wall Street.

Sur certains forums, le « filtrage » de Facebook est lui aussi dénoncé. Selon certains utilisateurs, le message publié n’est en fait vu que par celui qui publie, et non ses amis. Enfin, Pink o’ Red a pour sa part tenté de publier un lien Livestream (GlobalRevolution) sur le réseau social et s’est lui aussi fait censurer.

Aujourd’hui, ces blocages n’ont plus cours, peu importe le site. Nous ne savons pas s’il s’agit ou non de véritables censures, cela reste encore à déterminer. Cela n’en reste pas moins troublant.

Nous attendons des réactions officielles de chacun des sites pointés du doigt.
Publiée le 21/09/2011 à 17:42
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité