S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Windows 8 pourra créer nativement des machines virtuelles

Hyper-V pleinement intégré

Tandis que la conférence BUILD de Microsoft se rapproche (du 13 au 16 septembre), l’éditeur continue à alimenter le blog officiel consacré à Windows 8. Steven Sinofsky, directeur de la division Windows, parle cette fois de l’hyperviseur Hyper-V et de la manière dont la virtualisation sera intégrée dans le système d’exploitation. Un constat s’impose déjà : certains éditeurs tiers ne seront pas ravis.


Créer des machines virtuelles directement depuis Windows

Hyper-V est donc l’hyperviseur maison de Microsoft, autrement dit l’élément central de sa technologie de virtualisation. Cette dernière permet, pour rappel, de créer des machines virtuelles dans lesquelles on peut exécuter des systèmes d’exploitation dits « invités » depuis Windows, le système hôte. Jusqu’à présent, Hyper-V était essentiellement une technologie pour les serveurs et Microsoft n’avait sorti aucun produit grand public l’utilisant. Avec Windows 8 toutefois, changement de direction.

L’hyperviseur sera intégré au système, ce qui fait une différence assez nette. Cela signifie non seulement que Windows 8 sera dès la base livré avec des capacités de virtualisation, mais qu’une véritable interface lui sera consacrée. En clair ? La possibilité de créer facilement des machines virtuelles pour d’autres systèmes d’exploitation depuis des images ISO et VHD, dont on rappellera qu’elles pourront d’ailleurs être montées directement dans l’explorateur.

Il va donc y avoir une conséquence directe pour les éditeurs tiers dont la spécialité est justement de proposer ce type de solution. Dans l’univers Windows, il y a toutefois une place à prendre. En effet, les deux clients de virtualisation les plus connus sont VirtualBox d’Oracle, qui est gratuit, et Workstation de VMware, vendu environ 176 euros. La technologie intégrée à Windows ne possèdera clairement pas un nombre aussi important de fonctionnalités que ces produits tiers, mais elle pourrait être suffisante pour que certains s’en passent. Bien sûr, dans le cas de VMware, il faut compter l’ensemble de l’infrastructure proposée par l’éditeur.

Les capacités d'Hyper-V dans Windows 8

Hyper-V permettra la création de machines virtuelles en 32 et 64 bits et n’aura a priori pas de limitations sur les systèmes utilisés. Chaque machine virtuelle peut posséder jusqu’à 32 processeurs et 512 Go de mémoire vive. Au sujet de cette dernière, Microsoft indique qu’un ordinateur disposant de 4 Go doit être capable de gérer trois ou quatre machines virtuelles simultanément. Au-delà, il faudra simplement plus de mémoire vive. Elle peut être également allouée et modifiée dynamiquement. Exemple : enlever 512 Mo d’une machine pour les ajouter à une autre, à chaud.

La VM Console (ou VMConnect) permettra d’afficher une vue console d’une machine virtuelle, avec notamment la séquence de démarrage. La résolution gérée dans ce mode peut grimper jusqu’à 1600 par 1200, en couleurs 32 bits. Là où l’intégration devient puissante est qu’il sera possible de se connecter à sa machine via RDC (Remote Desktop Connection) tout en profitant des capacités graphiques de la machine cliente, y compris s’il s’agit d’un écran tactile. L’accès matériel à la machine cliente connectée s’étend également à la gestion du son, avec enceintes et du micro, ainsi qu’aux ports USB : une clé branchée sur une machine cliente connectée via RDC sera reconnue par la machine virtuelle située sur l’ordinateur distant.

Voici d’autres capacités d’Hyper-V :
  • Ajout multiple de disques de stockage en IDE et SCSI
  • Utilisation possible des fichiers VHD et VHDX
  • Les Virtual Hard Disks peuvent être distants (stockés sur un serveur)
  • Live Storage Move permet de bouger la machine virtuelle d’un support de stockage à un autre
  • Prise de snapshots (instantanés) permettant de restaurer l’état d’une machine virtuelle à un instant T
  • Des mises à jour directes d’Hyper-V depuis Windows Update
Limitations et prérequis techniques

Microsoft prévient toutefois que la technologie a certaines limites. Les applications ayant un besoin d’accès spécial au matériel de machine peuvent rencontrer des problèmes. Ainsi, la fonction BitLocker de chiffrement matériel des disques peut ne pas fonctionner, de même que tout logiciel s’appuyant sur des timers inférieurs à 10ms et/ou très sensible à la latence (Microsoft cite les applications de mixage audio) aura potentiellement du mal à réagir normalement.

Il y aura également certains prérequis techniques pour utiliser Hyper-V. Premièrement, il faudra utiliser obligatoirement une version 64 bits de Windows 8, même si on risque d’en trouver sur une majorité de nouvelles machines. En outre, un minimum de 4 Go de mémoire sera réclamé. Mais le critère vraiment essentiel sera la présence de la fonction SLAT (Second Level Address Translation), obligatoire pour la virtualisation graphique. Côté Intel, n’importe quel processeur basé sur les architectures Nehalem, Westmere ou Sandybridge est compatible (tous les Core iX). Côté AMD, tous les processeurs Phenom en sont dotés.

Enfin, Microsoft n'en parle pas, mais il y a fort à parier qu'il faudra une édition Professionnelle ou équivalente/supérieure.

Ceux qui souhaitent des informations complémentaires pourront lire le billet consacré à Hyper-V sur le blog officiel.
 
Source : Microsoft
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 08/09/2011 à 10:08

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;