Comex, l'auteur de JailbreakMe, part en stage chez Apple

Une belle opération 52
Le pseudonyme Comex vous dit-il quelque chose ? Si vous suivez l’actualité dans le domaine du jailbreaking, vous savez alors sans doute qu’il est l’un des auteurs de l’une des solutions les plus simples qui soit : JailbreakMe. Apple, loin visiblement de trop se formaliser de cette méthode cavalière de toucher à son téléphone, a proposé un stage au dissident.

jailbreakme

Comex s’appelle en réalité Nicholas Allegra et il est âgé de 19 ans seulement. Il est devenu une référence dans le monde du jailbreaking. Ce dernier est, pour rappel, la technique qui consiste à casser certaines protections du système d’exploitation mobile d’Apple iOS pour en déverrouiller des fonctionnalités. Il est autorisé aux États-Unis depuis l’année dernière et a pris un virage décisif avec l’apparition de JailbreakMe.

JailbreakMe est autant un site qu’une méthode de jailbreaking. Il est en fait les deux en un : l’utilisateur visite le site web depuis Safari sur son appareil iOS, et le site exploite une faille pour s’y glisser en douce et casser la protection. Au terme de la procédure, l’utilisateur devient capable d’installer entre autres une boutique parallèle d’applications et de débloquer des possibilités qui n’existent pas pour l’instant, comme l’utilisation de FaceTime sur les réseaux 3G (fonction réservée au Wi-Fi actuellement).

Interrogé par le magazine Forbes en juillet, Nicholas Allegra avait déclaré que le jailbreaking était pour lui comme « corriger un devoir d’anglais. Vous avancez et vous cherchez des erreurs. Je ne sais pas pourquoi je semble tellement fort à cet exercice ». Et visiblement, même Apple pouvait constater son talent puisque la firme l’a contacté pour lui proposer du travail.

Durant la nuit, Nicholas Allegra a posté sur Twitter :

jailbreakme 

« La semaine prochaine je commencerai un stage chez Apple ». Cette phrase faisait en fait écho à un tweet précédent dans lequel il affirmait que toute cette aventure avait été drôle mais qu’il s’ennuyait désormais. Allegra indiquera peu après être surpris des retours positifs puisqu’il s’attendait visiblement à des réactions plus agressives. Après tout, il part en stage chez « l’ennemi ».

L’information peut paraître étonnante, mais il faut rappeler que ce n’est pas la première fois qu’Apple vient se servir dans le monde du jailbreaking. Plus tôt dans l’année en effet, la société s’est rapprochée de Peter Hajas, un autre développeur qui s’était fait remarquer par son MoblieNotifier. Il travaille désormais à Cupertino.

Plus globalement, le démarchage est courant quand un développeur fait d’une manière ou d’une autre étalage de ses prouesses. Dans les exemples récents, on peut citer le cas de Steve Kondik, alias Cyanogen, récupéré par Samsung. Cyanogen est pour rappel à l’origine du CyanogenMod qui permet d’installer la dernière version d’Android sur des téléphones qui n’y ont normalement pas accès. Autre cas ? George Hotz, largement connu sous son pseudonyme GeoHot pour son reverse engineering de la PlayStation 3, a été embauché chez Facebook.

On notera tout de même que ce type d’action permet à la société de faire d’une pierre trois coups. Dans le cas d’Apple, l’embauche de Nicholas Allegra retire de la scène un auteur de solution de jailbreaking tout en exploitant ses compétences à son propre bénéfice. Cerise sur le gâteau ? La société évite la mauvaise presse pour avoir attaqué un capital sympathie important. 
Publiée le 26/08/2011 à 16:12
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité