Australie : licencié pour avoir insulté une collègue sur Facebook

De chez lui, en dehors des heures de bureau 119
Peut-on licencier un salarié pour des insultes proférées sur Facebook en dehors des heures de travail ? Oui a estimé la justice australienne. En mai 2010, Damian O'Keefe, salarié de The Good Guys à Townsville, avait posté un message où il traitait sa manager d'incapable suite à une erreur de paye, promettant de s'occuper d'elle dès le lendemain, en des termes fleuris. ("wonders how the fucking work can be so fucking useless and mess up my pay again. C…ts are going down tomorrow.")

salarié facebook licenciement

Il fut ainsi licencié par son employeur, sourd des arguments de ce salarié : le message fut posté depuis son domicile et ses paramètres de confidentialité Facebook étaient réglés au maximum. Insuffisant pour l'employeur : le lien existant entre ce salarié et sa manager justifie la mesure. Autre chose, sur les 70 personnes de son réseau Facebook, le salarié avait 11 collègues de travail.

Le vice-président du tribunal a lui aussi estimé qu'il y avait une faute grave, rejetant la plainte du salarié pour licenciement abusif. "Le fait que les commentaires aient été faits depuis le domicile du salarié en dehors des heures de travail ne fait aucune différence. Les commentaires ont été lus par les collègues de travail et il n'a pas fallu attendre longtemps pour que [la manager] soit informée de ce qui s'était passé. La séparation entre le domicile et le travail est aujourd'hui moins prononcée que dans le passé" (#43 dans la décision disponible en intégralité)

En France, le tribunal des Prud'hommes de Boulogne-Billancourt avait validé le licenciement de salariés qui avaient critiqué leur hiérarchie sur le réseau social, un samedi soir, depuis leur domicile. L'affaire a cependant été frappée d'appel. On pourra relire encore dans nos colonnes, la tribune signée de Me Diane Mullenex et Me Annabelle Richard ou encore cet interview de Nicolas Poirier, juriste d'Overblog.
Publiée le 18/08/2011 à 16:29 - Source : Multiples
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité