Android : Steve Kondik, père du CyanogenMod, rejoint Samsung

Un atout de poids ? 49
L’univers des smartphones Android est régulièrement marqué par des épisodes déplaisants sur certains modèles dont les constructeurs n’assure plus les mises à jour, comme dans le cas du Desire de HTC. Pourtant, on trouve en marge de nombreux développeurs qui créent leurs propres ROM, souvent pour porter vers un smartphone un système auquel il n’avait pas « droit ». Cyanogen, le plus connu d’entre eux, travaille d’ailleurs désormais sur Samsung.

cyanogen 

Cyanogen est à l’origine du CyanogenMod, une ROM personnalisée ayant un grand succès sur les smartphones Android. Le mod est tellement connu qu’il dispose de son propre site web, assez léché, pour expliquer en quoi consiste la ROM. Elle s’adresse principalement à deux types d’utilisateurs : ceux qui souhaitent installer la dernière version d’Android sur un téléphone qui n’y a pas accès (arrêt du support) et ceux qui veulent retrouver une ROM « neutre » et qui n’a pas été modifiée par un constructeur ou un opérateur de téléphonie mobile.

cyanogen 

Les développeurs sont connus pour être réactifs et publier rapidement de nouvelles moutures dès que le code source d’un nouvel Android devient disponible. S'il n'est pas le seul pour le développement de cette ROM, Kondik a en quelque sorte prouvé ses capacités de manière régulière et c’est sans doute sur ce type de CV peu habituel que Samsung l’a embauché. Après tout, la seule version 7 a totalisé plus de 500 000 téléchargements en juillet lors de sa sortie.

cyanogen 

L’information est venue de Facebook lorsque Kondik a ajouté Samsung Mobile en tant qu’employeur. La description du poste est assez simple : développeur. Depuis, il a envoyé une confirmation au site AndroidAndMe pour indiquer qu’il travaillait bel et bien chez le constructeur, en ajoutant au passage : « Je ne bloguerai pas au sujet de Samsung, surtout sur la relation avec CyanogenMod. Je travaillerai à rendre Android encore plus génial. »

L’embauche de Cyanogen peut avoir des retombées intéressantes. Premièrement, Samsung ne bloque pas ses téléphones via les bootloaders, au contraire notamment de Motorola (qui vient d’être racheté par Google) et de HTC, qui commence néanmoins à bouger sur ce terrain. Le constructeur dispose donc d’une meilleure « image » sur ce terrain et une embauche de Cyanogen ne peut que jouer en sa faveur. Deuxièmement, la spécialité de Steve Kondik est la compatibilité avec un maximum de téléphones et cela peut donc avoir des effets bénéfiques chez Samsung qui possède une très longue liste de modèles.

Dans un contexte où Android devient une cible à abattre et où Google possède désormais la division Mobilité de Motorola, récupérer la figure de proue des ROM personnalisées est un atout.
 
Publiée le 16/08/2011 à 12:10 - Source : AndroidAndMe
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité