Ultrabook : Intel dessine les caractéristiques des machines

Et ça prend le bon chemin 33
Sur l'un de ses blogs, Intel revient sur l'Ultrabook, son ultraportable à 1000 $, et définit quelles en sont les caractéristiques techniques, mais aussi quels aspects devront avoir les machines pour bénéficier de l'appellation du constructeur. Le fondeur établit donc un cahier des charges, mais donne aussi quelques perspectives d'avenir à sa plateforme.

Ultrabook Intel

Lors du dernier Computex est né l'Ultrabook, que l'on a vite associé au MacBook Air, puisque la première machine montrée lors du fameux salon était le fameux UX-21 d'Asus.

Cependant, si le look peut ressembler aux machines ultra-fines d'Apple, nous ne savons pas encore ce qu'il se cache à l'INtérieur.

Un type de machine qui a droit à sa petite définition

Intel précise donc que quatre points doivent définir un Ultrabook en 2011 : 
  • La machine devra avoir un design fin et une épaisseur maximale de 21 mm (pour 14 pouces ou plus, pour un 13.3" ou moins c'est 18 mm au maximum). La machine devra aussi être légère, mais ici le fondeur ne se risque pas à indiquer une valeur chiffrée.
  • Démarrage instantané. Ici, Intel met en avant une technologie maison, le fameux RST introduit sur le chipset Z68 mais disponible sur certains autres chipsets dont certains dédiés aux portables.
  • Une autonomie d'au moins cinq heures. Sur ce point, Intel insiste pour avoir des machines autonomes. Un bon point, car nous nous rappelons des premières machines CULV en 2009 dont l'autonomie peinait à dépasser les trois heures, ce qui pour un ultraportable... est une erreur.
  • La sécurité. Jusqu'à ce point précis, les MacBook Air et les PC des constructeurs partenaires d'Intel n'avaient pas de différenciation. Intel souhaite que certaines de ses technologies de sécurité soient activées sur ses Ultrabooks telles qu'Anti-Theft Technology ou Identity Protection Technology. La première permet « de briquer » son ordinateur portable à distance en cas de vol alors que la seconde ajoute une sécurité supplémentaire à vos données personnelles lorsque vous accédez à certains sites (dont la liste se trouve sur cette page).
Sans jamais le dire, Intel met en avant plusieurs produits de sa gamme : les processeurs basses consommations (les fameux ULV) sont les seuls à pouvoir entrer dans des machines dont l'épaisseur ne dépasse pas les 21 mm. Le choix de la mensuration du portable est donc tout, sauf un hasard.

Les SSD quant à eux sont aussi un impératif pour avoir une machine réactive et pour que RST fonctionne, il n'y a pas d'autre choix que de passer par là... Par contre, Intel n'impose pas ses SSD, du moins en façade.

L'Ultrabook, une arrivée en trois phases

Mooly Eden Ivy Bridge
(Mooly Eden, vice-président de la division PC tenant un Wafer d'Ivy Bridge)

Toujours sur son blog, Intel annonce la couleur et dévoile ses ambitions via quelques dates clés, précisant que l'Ultrabook est une catégorie qui s'inscrit dans la durée.

Pour le moment, le fondeur décline trois phases pour ses machines : 
  • La première est donc située entre cet automne et cet hiver où nous devrions voir que quelques machines tout au plus. Celles-ci embarqueront donc un processeur Sandy Bridge ULV.
  • La seconde est prévue pour la première partie de l'année 2012 avec l'arrivée d'Ivy Bridge (22 nm) ; cela veut donc dire que le fondeur va changer quelque peu ses plans par rapport à l'habitude. En effet, à chaque lancement de nouvelle plateforme, il introduit une génération de processeur ULV.

    Mais ceux-ci ne sont vraiment en vente (du moins disponible dans des machines) qu'à partir du mois de mai / juin avec la seconde vague de puces.  De plus, Intel ajoute la notion d'USB 3.0 ainsi que du support de Thunderbolt, cela voudrait-il dire que ces deux technologies seront intégrées dans un futur chipset ?
  • La troisième phase rime avec Haswell, nous serons certainement quelque part en 2013, et la combinaison du 22 nm avec cette nouvelle architecture devrait permettre à Intel d'aller encore plus loin en terme de ratio performance / watts.   
On s'étonne quand même de voir Intel communiquer clairement ses ambitions pour cette nouvelle plateforme, ce qui n'était pas le cas jusqu'ici, puisque le géant se cantonnait à tirer les ficelles derrière le rideau.

Ne serait-ce pas simplement un besoin réel de faire vivre un marché particulièrement juteux pour le fondeur qu'est l'ordinateur portable ? En effet, Intel détient de grosses parts de marché et l'arrivée d'un Windows 8 acceptant autant les plateformes X86 qu'ARM pourrait voir un certain déclin de sa main mise.

Même si les performances des deux architectures sont loin d'être comparables, à l'usage par contre... le constat peut être différent. Il n'y a qu'à voir l'arrivée de l'Eee Pad Transformer d'Asus accompagné de son clavier pour s'en persuader relativement rapidement.
Publiée le 03/08/2011 à 14:10
Damien Labourot

Journaliste High-tech gravitant autour de la mobilité (smartphone, tablette, portable) et toujours prêt à de nouvelles expériences.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité