BEUC : l'avenir du net ne peut se discuter sans la société civile

Un seul être vous manque... 25
Le BEUC (Bureau Européen des Unions de Consommateurs), qui rassemble les associations de consommateurs dont l'UFC, vient d'adresser une lettre à la commission européenne pour lui faire part de sa déception. Neelie Kroes a en effet convié 35 responsables (dont Vivendi, Alcatel, Deutsch Telekom) pour évoquer l'avenir du net, en oubliant les représentants de la société civile.

« Il est regrettable que la responsabilité de la création d'un environnement en ligne durable et le développement de modèles d'affaires aient été assignés à un groupe d'opérateurs télécoms et de fournisseurs de contenus, sans aucune intervention de la société civile » relate le BEUC.

BEUC neutralité net neelie kroes

Celui-ci estime ses "préoccupations amplifiées" à la lecture des propositions formulées par les PDG des entreprises participantes. Des propositions qui visent à encourager une différenciation dans la gestion du trafic en se fondant sur les intérêts commerciaux et des accords entre opérateurs et fournisseurs de contenus (voir notre actualité).

Pour le BEUC, pas de doute, « un tel système de financement déséquilibré conduira à une concurrence déloyale » dans l'industrie des contenus et des services  « et mettra en danger la neutralité du net et le libre choix des consommateurs  ». Le BEUC pointe spécialement le déploiement d'accords exclusifs et de la priorisation des contenus en vue de maximiser les revenus (les fameux accords bifaces évoqués par Vivendi).  « La Commission européenne a jusqu'ici échoué à adopter une approche rigoureuse, permettant ainsi aux opérateurs de développer des pratiques discriminatoires et de ne pas assumer leur responsabilité dans de nouveaux investissements en capacité réseau»

Le groupement des associations de consommateurs estime ainsi  « crucial que l'UE se concentre sur le développement de la fibre optique, tout en veillant à ce que les réseaux soient ouverts à la concurrence sur une base non discriminatoire  ».  Il sollicite maintenant de l'UE un sommet de la société civile pour discuter des propositions des chefs d'entreprises. Le BEUC invite aussi à l'ouverture d'une consultation publique autour de leur proposition afin de faire entendre la voix de tous les intervenants.
Publiée le 20/07/2011 à 15:49
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité